Cette pièce unique, réalisée dans son atelier de Parthenay, lui demanda plus d’un an de travail et plusieurs années de préparation et fut récompensée par une médaille d’or et les félicitations personnelles du président de la république d’alors, Sadi Carnot. Encouragé très vivement par Antonin Proust, ministre de l’instruction publique et des beaux arts, d’origine niortaise, Prosper Jouneau comptait beaucoup sur l’achat de cette réalisation par l’État pour l’un de ses palais nationaux, comme la proposition lui en avait été faite. Il semble probable que cette promesse aurait été tenue si les mésaventures du canal de Panama n’avaient entraîné la chute du ministre. Demeurant seul avec cette réalisation encombrante dans laquelle il avait engagé sa fortune personnelle et celle de ses associés, Prosper Jouneau chercha un acquéreur digne de son œuvre. Déjà, en pleine Exposition Universelle, une clientèle étrangère très intéressée lui avait proposé des sommes aussi importantes que celles qui lui avaient été promises par l’État (25 000 F). Ne voulant pas trahir sa parole et confiant dans celle de son ministre, Jouneau déclina ces offres. C’est à cette époque également que ses associés se séparèrent de lui. Il ne put alors rembourser les sommes engagées dans la réalisation de ses gigantesques projets. Le plafond lui-même resta à l’abandon dans les faïences de Parthenay après le départ de l’artiste, qui alla s’installer dans un atelier indépendant où il demeura une dizaine d’années.
C’est vers 1898, qu’Amirault alors directeur des faïenceries, le vendit pour 1500 F, prix dérisoire, à Auguste Tolbecque, musicien, luthier, écrivain niortais, riche collectionneur et propriétaire du Fort Foucault.

Portrait de Prosper Jouneau par E. Pidoux
Le plafond en place chez Auguste Tolbecque

Une des statuettes de la coupole
Détail d'une statuette de la coupole

Le plafond, après restauration et consolidation en 2006, est aujourd'hui exposé dans le "Salon Tolbecque" du musée Bernard d'Agesci à Niort. Il a été doté, pour sa présentation au public, d'un lustre cage en bronze, verre et cristal qui fait écho à celui qui était originellement en place.

loupe Cliquez sur les images pour les agrandir.