Retour au sommaire

Faïences parlantes ou l'histoire racontée par les assiettes

Le décor des faïences patronymiques

Page précédente
Saladier à godrons

Un exemple : Saladier à godrons patronymique – Nevers – 1789 - n° d’inventaire  9211.

Au fond du saladier, une scène religieuse et l’inscription « Jean Izoret curé de Saint Hilaire de Monts 1789 » sont représentées. Trois personnages sont montés sur une sorte d’estrade, ils sont entourés de végétaux. À droite, un évêque nimbé et en habits sacerdotaux (mitre, manteau, aube et chape) tient sa crosse. Il tend un calice vers un prêtre qui est au centre de la scène. Le curé est habillé de son aube avec une chape. Derrière lui, se trouve un enfant de chœur vêtu d’une aube simple bleutée et serrée à la taille par une ceinture ; il tend deux petites aiguières au prêtre. En arrière-plan, se trouve l’autel dont le pied est vert et porte une croix grecque jaune. La table bleue supporte un tabernacle surmonté d’un Christ en croix encadré de quatre chandeliers.

Comme nous l’indique l’inscription située sous le décor, le commanditaire de ce saladier était un prêtre d’une petite paroisse rattachée à Saint-Sauveur (près de Châtellerault). Il signe son premier acte dans le registre paroissial le 31 mai 1788. Nous savons qu’il signait toujours les registres jusqu’en 1792 mais ne poursuivit pas après. Il devient officier public (équivalent de maire) de la commune de Saint-Hilaire du 13 germinal de l’an 2 (2 avril 1794) au 24 fructidor de l’an 2 (10 septembre 1794). Pour sa commande, Jean Izoret ne s’est pas fait représenter sous l’effigie de son saint éponyme mais dans l’exercice de sa fonction.

Le musée Déchelette de Roanne possède une assiette patronymique au nom du même personnage. Une autre pièce a été signalée lors d’une vente publique à Drouot, le 7 décembre 1988.

Chapitre suivant
Détails du fond du saladier