LA COLLECTION FIOCCHI








Autour d'une pièce majeure : l'esquisse du
Lycaon changé en loup par Rubens, l'homme a
rassemblé des primitifs flamands et italiens, une
formidable scène guerrière due au Michel-Ange
des batailles et, affirme-t-il, un Véronèse, un
Bronzino, un Vinci, des dessins de Boucher,
de Fragonard… Les modernes d'alors -Ingres
et Delacroix- sont restés inaccessibles pour sa
bourse mais sa collection s'est cependant
enrichie de deux Géricault, deux Decamps,
un Michallon. Une collection fruit d'un patient travail
d'investigation mais auréolée des plus grands
noms de l'histoire de l'art.

Pour la ville de Rochefort, il n'y a dès lors pas grande place pour l'hésitation à accepter l'offre de Fiocchi lorsqu'il propose, en 1859, de donner l'ensemble de ses œuvres en échange d'un poste de conservateur.
Le conseil municipal agrée sa proposition au mois de novembre 1859. Fiocchi quitte alors Paris et entre en fonction le 1er janvier 1860. Après avoir envisagé de céder 30 tableaux et 80 dessins à la commune, le collectionneur se sépare finalement d'une quarantaine de toiles et de plus d'une centaine de dessins.

© Musées de la ville de Rochefor © Alienor.org, Conseil des musées