Furcy fut-il oui ou non un élève de Corot ?

Rien ne nous permet jusqu'à présent de le confirmer, mais nous savons aussi que ce grand maître de la peinture de son temps était un homme très réservé, fuyant la doctrine, et qui limita son enseignement à des exemples et des conseils dont les confidents furent souvent des peintres modestes. Peut-être Furcy fit-il partie de ces rares privilégiés ?

Quoi qu'il en soit, même s'il exposa presque essentiellement des paysages avant 1880, il devait continuer à pratiquer ce genre jusqu'à la fin de sa carrière et l'empreinte de Corot y est toujours manifeste.

Néanmoins ce peintre ne fut pas imperméable aux autres personnalités picturales de son temps. Charles Daubigny, lui-même proche de Corot, lui donna certainement davantage encore le goût de la peinture sur le motif et le rendit sensible à une luminosité, une richesse de la couleur qu'exaltaient simultanément les impressionnistes. Mais qu'il s'agisse du paysagiste ou du peintre de genre qu'il fut à l'occasion en introduisant quelques personnages dans ses compositions, Furcy ne parvint pas non plus dans ce domaine à se démarquer vraiment de ses contemporains. C'est en fait dans la spécialité de peintre de fleurs qu'il put le mieux manifester son originalité.

© Musées d'art et d'histoire, La Rochelle © Alienor.org, Conseil des Musées