Les idiophones pouvaient également prendre la forme de bâtons de bois ou de longs bambous qui sont leur propre percuteur ; ils sont frappés sur la cuisse, sur le sol ou sur un élément dur comme une pierre par exemple, afin de marquer le rythme par pilonement.

Le brigadier (bâton servant à frapper les trois coups avant le début d'un spectacle) en est directement issu.