Retourner à la page précédente | accès direct au sommaire

Un air d'idiophone

Qu'est-ce qu'un idiophone ?

Les instruments de musique à percussion se répartissent en deux grandes catégories : les membranophones et les idiophones.

L'idiophone, du latin idio, "soi-même", est un instrument qui produit un son par lui-même, car le corps de l'instrument vibre ou résonne en entier et produit ainsi un son ; il est également appelé "autophone".

Ce terme regroupe les instruments fait de matières rigides, par opposition aux instruments à cordes (les cordophones), à membranes (les membranophones) ou à vent (les aérophones).

Les matériaux utilisés sont le bois, le bambou, des calebasses ou du métal mais ils ne sont pas restreints et il n'est pas rare de trouver des idiophones fabriqués avec des matériaux inattendus comme des coquillages ou des boîtes de conserves par exemple.

Le classement des idiophones

Les idiophones se répartissent en quatre catégories, selon leur mode d'émission sonore :

l'émission par percussion se fait par le frappement d'un percuteur, manipulé par quelqu'un lorsque la percussion est directe, solidaire de l'instrument dans le cas de la percussion indirecte ou le secouement. Ce dernier type d'émission est encore subdivisé selon la méthode de percussion :

Les idiophones, premiers instruments

Par leur conception rudimentaire, n'ayant recours à aucun matériau souple comme une corde ou une peau, les idiophones sont probablement les premiers instruments qui aient été fabriqués. Ils étaient notamment utilisés pour les danses rituelles sous la forme de bracelets, de bras ou de cheville, ou encore de pectoraux, munis de grelots.

Les idiophones à émission par pincement, ou lamellophones

Le son est produit par des languettes découpées dans le cadre de l'instrument (guimbarde) ou fixées sur une plaque ou une boite (sanza).

Dans le cas de la guimbarde, un résonateur externe peut y être adjoint, mais la bouche est généralement utilisée. Les sanza, sont, elles, soient montées sur une boîte, soit sur une plaque ; dans ce dernier cas, la plaque peut être posée directement sur un trou dans le sol pour faire office de résonateur.

Les idiophones à émission par raclement ou par friction

À corps plein ou à corps creux, il peut s'agir pour les idiophones à émission par raclement d'une lamelle que l'on fait tourner autour d'un axe cranté (crécelle) ou d'un instrument longiligne que l'on gratte.

Le son d'un idiophone à émission par vibration est obtenu en le frottant, soit avec le doigt dans le cas des verres musicaux en cristal, soit avec un archet dans le cas de la scie musicale.

Les idiophones à émission par percussion directe

Cette catégorie regroupe les instruments produisant un son lorsqu'ils sont frappés par l'intermédiaire d'un percuteur externe directement manipulé par une personne. Entrent dans cette catégorie les tambours à fente, cloches percutées, xylophones et balafons.

Les balafons sont constitués de plusieurs lamelles de bois montées sur une structure ; des calebasses sont disposées sous chacune des lamelles afin de servir de résonateur.

Les idiophones à émission par percussion directe en métal, gongs et gangsa (ensemble de gongs), cloches frappées de l'extérieur ou encore les triangles, sont également appelés "métallophones".

Les idiophones à émission par percussion directe par entrechoc

Les deux éléments de l'instrument sont jumeaux et viennent s'entrechoquer : c'est le cas des cymbales, crotales, castagnettes, cuillères, etc.

Les éléments sont plus nombreux sur les sistres et viennent s'entrechoquer en coulissant le long d'un axe.

Les idiophones à émission par pilonnement

Les idiophones pouvaient également prendre la forme de bâtons de bois ou de longs bambous qui sont leur propre percuteur ; ils sont frappés sur la cuisse, sur le sol ou sur un élément dur comme une pierre par exemple, afin de marquer le rythme par pilonnement. Le brigadier (bâton servant à frapper les trois coups avant le début d'un spectacle) en est directement issu.

Les idiophones à émission par percussion indirecte par secouement

C'est la catégorie la plus riche des idiophones ; elle regroupe les instruments qui produisent un son lorsqu'un mouvement leur est appliqué : lorsqu'ils sont secoués, des percuteurs internes ou externes viennent frapper le corps de l'instrument. La nature et la forme de l'instrument ainsi que celle des percuteurs sont très variées :

Les grelots

Le percuteur est placé à l'intérieur du corps fendu de l'instrument.

Les hochets

Ils sont frappés par de la grenaille placée dans le corps fermé de l'instrument. Il s'agit notamment des maracas et de tous les instruments fonctionnant sur le même procédé.

Les hochets-sonnailles

Contrairement aux hochets, les percuteurs sont placés à l'extérieur de l'instrument : la caisse de résonance est frappée par de la grenaille placée sur un filet autour du corps de l'instrument.

Les sonnailles

Les sonnailles sont un filet de petits éléments qui viennent s'entrechoquer lorsque l'instrument est secoué.

Les cloches à battants

Les cloches ont un ou parfois plusieurs battants internes suspendus dans le corps ouvert de l'instrument.

Des amulettes étaient parfois composées de clochettes ou de sonnailles et des bruiteurs pouvaient parfois être adjoints à d'autres instruments afin d'en agrémenter le son.

Bibliographie