De l'influence de Courbet en Saintonge : l'influence de Courbet

Retourner à la page précédente

Il est né le 29 mai 1824 à Rochefort-sur-Mer, d’un père menuisier, qui s’adonnait à la peinture et au dessin sous le nom de Benjamin Auguin. Il fut le premier professeur de son fils, puis la Ville de Rochefort attribue une bourse à Louis-Augustin. À 18 ans il entre à Paris dans l’atelier de Jules Coignet et rencontre Corot dont il se fait le disciple.

Il est admis dès 1846 au Salon avec notamment Vue prise du Vergez (musée de Rochefort).

Il participe activement à la Révolution de 1848 et après le coup d’Etat, revient à Rochefort où il épouse Adrienne Leblanc en 1855.

Passionné par la nature il se consacre au paysage. Vers 1860, il fait la connaissance d’Étienne Baudry qui le soutient, s’installe au Port Berteau et rencontre Pradelles. En 1862, il y accueille Courbet, puis Corot son vieux maître. Pradelles les rejoint très souvent pour pratiquer ensemble la peinture de plein air.

Auguin sera fortement marqué par cette année aux côtés de Courbet, mais il ne renie pas pour autant ce qu’il doit à Corot et dans son œuvre il allie constamment la grâce et la force, l’ombre et la clarté.

Aller à la page suivante
Gustave Courbet, "Grande Marée, la Garenne de Bussac (la Charente au Port-Berteau)" Louis-Augustin Auguin, Le soir dans les Pins (forêt d'Arcachon)