De l'influence de Courbet en Saintonge : l'influence de Courbet

Retourner à la page précédente

Le 15 janvier 1863, une exposition réunissant des travaux de Courbet, Auguin, Pradelles et Corot est inaugurée à l’Hôtel de ville de Saintes. Elle accueille également quelques toiles de Fantin-Latour, Français, Bourgeois et le sculpteur Arnold.

L’originalité de cette exposition qui comporte plus de 200 œuvres vient de son caractère expérimental.

Voulu au départ par Étienne Baudry et ses amis pour honorer Courbet et le faire connaître aux Saintais, le projet prend de l’ampleur. Au final, Courbet expose avec ses complices pour montrer non pas quelques œuvres achevées, mais une grande partie de leur production saintongeaise avec les différentes étapes de la création : pochades, esquisses, études, tableaux en cours d’achèvement et non vernis, puis achevés. Ils offrent ainsi aux Saintais, la visite d’un atelier collectif transposé à l’Hôtel de ville, un espace didactique où le visiteur est invité à partager les secrets de la création, observer la spontanéité et la fraîcheur qui se dégagent d’une esquisse, à faire la comparaison avec une œuvre achevée et à entrer dans le processus créatif.

Aller à la page suivante
Gustave Courbet, "Grande Marée, la Garenne de Bussac (la Charente au Port-Berteau)" Louis-Augustin Auguin, Pointe de Suzac Gustave Courbet, "Grande Marée, la Garenne de Bussac (la Charente au Port-Berteau)" Louis-Augustin Auguin, Roches de Vallières