Le procédé au charbon direct Fresson, le choix d'un regard distancié

Patrick Mesner a entamé son travail documentaire avec la volonté de se démarquer à la fois d'un travail à la chambre et en noir et blanc trop courant et du reportage en couleur. Mis en relation avec la famille Fresson depuis la Nouvelle-Calédonie, il a choisi cette technique pour offrir à son travail la rareté, la préciosité et la distance qu'apporte ce procédé de tirage photographique. Le choix de la technique utilisée est donc un choix délibéré de regard spécifique sur la société kanak contemporaine. Chaque tirage constitue une pièce unique, signée et numérotée.

Le procédé au charbon direct Fresson a été inventé par Théodore-Henri Fresson, vers 1890 et déclaré en 1899 à la Société Française de Photographie. Il s'agissait alors d'une fabrication au moyen de pigments constitués par du charbon de bois pulvérisé, d'où le nom de "procédé au charbon". Le procédé a été ensuite étendu à toutes les couleurs constituées par des pigments absolument insolubles et d'une très bonne solidité à la lumière. Le pigment, mélangé à un colloïde, est couché sur une surface de papier gélatiné, sensibilisé au bichromate. Après une impression sous rayons ultra-violets, l'image est dépouillée des pigments non impressionnés par frottements réguliers avec un mélange de sciure de bois et d'eau versé sur le papier. Ce processus permet une large possibilité d'interprétation au cours du dépouillement. Le tirage charbon couleur est obtenu par la superposition de quatre sélections ou couleurs de base, reportées l'une après l'autre, en repérage. C'est le procédé dit en quadrichromie.

Détail du procédé en quadrichromie Voir la fiche du document

Ce procédé a été utilisé par des photographes pictorialistes comme Robert Demachy (1859-1936) ou José Ortiz Echagüe (1886-1980).

Après Théodore-Henri Fresson, ses fils Pierre et Edmond continuèrent le traitement du procédé. C'est Pierre Fresson qui, en 1952, a réalisé le premier tirage charbon couleur. C'est actuellement son fils, Michel Fresson et son petit-fils, Jean-François, qui perpétuent la tradition et effectuent des travaux de renommée mondiale pour les musées, archives nationales, collectionneurs, photographes ou réalisateurs de commandes publicitaires.

Page précédente Page suivante