La lecture du travail de Patrick Mesner s'est voulue résolument historique. Mais, en convoquant l'histoire, ce sont les facettes de la société kanak contemporaine que nous avons souhaité mettre en évidence, tout au long d'un parcours original capable de révéler la richesse sémantique de chaque prise de vue.

Il ressort de l'ensemble de ces photographies un profond dualisme entre passé et présent, éléments de culture indigène et résidus coloniaux, véritable palimpseste formé par l'histoire et constituant les bases de la culture kanak contemporaine. On peut relever, dans le même temps, plusieurs autres couples antinomiques qui se dégagent : la coutume face à l'émancipation des générations nouvelles ; le partage face à l'individualisme ; l'oralité face à l'écrit ; monde naturel et des esprits ancestraux face à la ville et ses croyances monothéistes ; l'image seule face à la série.
Ces couples antagonistes sont un axe de lecture du travail de Patrick Mesner et structurent le parcours de l'exposition.

Le nombre de photographies présentées s'élève à quatre-vingt un tirages encadrés de 46 x 56 centimètres et six tirages regroupés en deux cadres de 30 x 80 centimètres. Chaque tirage comporte une bordure dentelée, celle de la pellicule, qui constitue en elle-même un encadrement signifiant pour l'œuvre. La présence de ce cadre intrinsèque nous a conduit à envisager un encadrement des plus discrets.

L'exposition est divisée en trois espaces intitulés respectivement "Apparaître", "Croire" et "Exploiter". Ces trois verbes permettent de structurer l'espace et guider le visiteur dans sa découverte de la culture kanak.

La forme générale de l'exposition reprend celle du chemin coutumier kanak conduisant à la case circulaire du chef, lieu de rassemblement et d'échange, où la parole circule. Ce sont des tôles ondulées qui servent à dessiner le parcours, la tôle étant un élément très présent en Nouvelle-Calédonie et ayant des qualités plastiques permettant la mise en valeur des cadres.

Le visiteur pénètre dans l'exposition dans la section "Apparaître", il est accueilli par des portraits d'individus qui le conduisent vers la partie circulaire évoquant la case du chef où il pourra découvrir des temps de la vie collective, des couples ou portraits d'individus convoquant la généalogie pour se présenter au photographe. Dans cette section, les individus s'offrent à l'objectif de Patrick Mesner, en toute liberté et sont les metteurs en scène de leur apparition photographique.

Les deux sections interrogent d'une part les ferments culturels et religieux de la société kanak contemporaine et d'autre part les modes de subsistance et le devenir économique du pays.

une exposition itinérante

L'exposition Kanak, portrait de groupe a pris place dans le cadre de 2011, année des outre-mer français, manifestation d'envergure nationale visant à une meilleure connaissance des territoires français entre eux.
Pour répondre à cette ambition, elle a été pensée comme itinérante et a reçu le soutien financier du ministère de l'outre-mer, du département de la Guyane et de la ville d'Angoulême pour partir, après sa présentation au Musée d'Angoulême, dans les outre-mer français. Elle est en effet présentée du 18 mars au 25 juin 2011 au musée des cultures guyanaises de Cayenne puis du 24 août au 24 septembre 2011 au musée de Tahiti et des Îles de Punaauia à Tahiti (Polynésie française).

Vidéos de présentation de l'exposition

Simulation trois dimensions de l'exposition réalisée dans le cadre de sa préparation.
360 px x 270 px
2 mégas.

Cette page contient des élèments Flash que votre navigateur ne peut afficher :
Télécharger Flash Player

Présentation vidéo de l'exposition au musée
d'Angoulême.
360 px x 270 px
55 mégas.

Cette page contient des élèments Flash que votre navigateur ne peut afficher :
Télécharger Flash Player

Page précédente