Une deuxième session photographique permit à l'étudiant de réaliser les prise de vue à l'École Supérieure de l'Image d'Angoulême en studio. Là, il attacha beaucoup plus d'importance aux éclairages d'autant que l'objet constitué d'un très fin grillage pouvait être illuminé en contre-jour.
Parmi toutes les prises de vues effectuées, Gilles Monnier fit attention de bien mettre en valeur les petits idéogrammes reproduits sur l'objet.

En effet, il eut la curiosité de faire traduire ces messages inscrits pour avoir des informations complémentaires sur l'objet. Une étudiante chinoise fit la traduction et Gilles Monnier trouva intéressant d'intégrer la voix de la jeune femme à son travail pour rendre compte de la musicalité de cette langue.
 

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org