Retour à Chauvigny (6/6).

Suite à cette intervention, les étudiants commencèrent à mettre en place leurs projets.
Isabelle Bertrand et Max Aubrun leur communiquèrent publications et photographies de fouilles afin d'offrir aux étudiants un supplément d'information.

Malgré tout, les étudiants eurent du mal à démarrer leurs travaux, l'un ayant du mal à synthétiser la somme d'informations, l'autre ne trouvant pas l'inspiration dans une iconographie très scientifique et, de leurs points de vue, difficilement lisible pour le "profane".

Ainsi, le 7 décembre 2001, les étudiants rencontrèrent à nouveau Max Aubrun afin de clarifier leurs idées, notamment autour de la conservation et de l'archivage des informations liées aux objets.
Puis, la discussion se prolongea par un échange de points de vues sur l'élaboration des projets. Ceci permit de lancer les étudiants dans la réalisation concrète de leurs travaux.

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org