Dès le milieu du XIXe siècle, les coutelleries de Châtellerault sont plusieurs fois récompensées aux expositions universelles.

 

Ainsi l'entreprise Pagé Frères reçoit la médaille de bronze en 1867 et d'argent en 1878. Mermilliod Frères auxquels succèdent René Chéron et Cie sont médaillés d'or en 1867, 1878 et 1900. L'association, Les couteliers réunis de Châtellerault représentant le personnel de l'ancienne maison Pingault, installée au moulin des Coindres, est honorée de la médaille de bronze en 1900.

Cependant, à l'exposition de 1900 qui se tient à Paris, les couteaux Pagé Frères sont classés hors concours car Camille Pagé est secrétaire du jury aux côtés des grands couteliers français et étrangers.

La composition du jury est la suivante :

Bureau :

MM. Cardeilhac (Ernest), coutellerie, orfèvrerie (médailles d'or Paris 1878-1889 ;  président des comités, Paris 1900, président de la Chambre syndicale de la coutellerie), président /France
Jensen (Ed.), métaux, vice-président / Suède
Thinet (Jules), coutellerie (comités, Paris 1889, rapporteur des comités, Paris 1900), rapporteur/France
Pagé (Camille), coutellerie (maison Pagé Frères à Naintré, Vienne, comités Paris 1900), secrétaire/France

Jurés titulaires français :

MM. Marmuse (Gustave), coutellerie, orfèvrerie (comités, jury, Paris 1889, vice-président des comités Paris 1900)
Thuillier (Georges), coutellerie, cisellerie (maison Thuillier-Lefrant, médaille d'or Paris 1889 ; comité d'admission Paris 1900) à Nogent-en-Bassigny (Haute-Marne)

Extrait du Rapport du Jury international par M. Jules THINET, fabricant de coutellerie, chevalier de la Légion d'honneur, 1900

 

Dans le dernier volume La coutellerie depuis les origines jusqu'à nos jours, publié en 1904 à Châtellerault , un chapitre entier est consacré aux trois expositions - rétrospective, centennale et contemporaine - de coutellerie présentées à cette occasion. Ces trois expositions témoignent de la place particulière tenue par la coutellerie lors de cette Exposition universelle. Des vitrines présentant les productions de grands centres couteliers européens sont installées tandis que, pour mettre en valeur la production française, près de cinquante collectionneurs ont généreusement prêtées 3 800 pièces prestigieuses. À proximité des vitrines, un véritable atelier de coutellerie est dressé, permettant au public de découvrir le travail de forgerons et de couteliers opérant selon des techniques traditionnelles.

Signes des bonnes relations que Camille Pagé entretient avec ses éminents collègues, dans la collection de couteaux qu'il donne au musée de Châtellerault en 1901, figure un couteau de table à manche en ivoire marqué « Thinet à Paris » et, en 1903, Gustave Marmuse, grand collectionneur, donne une fourchette au manche en verre de Venise à ce même musée.


Exposition universelle : il s'agit à l'origine (1761) d'expositions industrielles qui deviennent internationales à partir de 1851. Publiques, gratuites, elles attirent des foules considérables venues admirer les innovations techniques, les réalisations industrielles, les œuvres d'art. Elles assurent la renommée des capitales qui les accueillent et la réputation de nombreux industriels et inventeurs. C'est pour celle de 1889 à Paris qu'un ingénieur et industriel en constructions métalliques, Gustave Eiffel, réalise et expose la tour qui porte son nom.

 
 

© 2013, Alienor.org, Conseil des musées