En 1970, plus de soixante volumes, conservant toute la documentation amassée par Camille Pagé lors de la rédaction de son encyclopédie, sont donnés à la ville de Thiers. D'abord inventorié par la bibliothèque municipale, ce fonds extraordinaire rejoint ensuite le centre de ressources du musée de la Coutellerie.

 

Les volumes conservés livrent de précieuses informations sur la méthodologie développée par Camille Pagé au cours de ses recherches. Son esprit curieux convoque des sources très variées et lui permet d'étudier la coutellerie sous tous ses aspects. Il s'appuie sur le réseau diplomatique français et envoie des lettres aux ambassades et consulats du monde entier.

 

À ces officiels installés aux Philippines, en Nouvelle-Zélande, à Java ou encore en Nouvelle Calédonie, il pose des questions précises sur la production, les importations, les exportations, allant même jusqu'à se renseigner sur les salaires des ouvriers couteliers et sur les dépenses qui leur sont nécessaires pour vivre ! La traduction des principaux termes employés en coutellerie dans les langues nationales et dialectes locaux est systématiquement demandée.  Les services douaniers, les chambres de commerces, mais aussi les boutiques et les entreprises les plus importantes sont également invités à donner des renseignements inédits.

Camille Pagé examine de nombreux ouvrages, traités historiques ou encyclopédies soigneusement référencées, dont il copie certains passages, même généralistes, pour mettre en perspective les  informations obtenues.

Il classe cette masse documentaire dans des volumes qui répertorient géographiquement ou thématiquement les informations recueillies. L'ensemble est relié pour une meilleure protection de ces documents fragiles, de nature très variée. La conservation du fonds est aujourd'hui très satisfaisante : si quelques feuillets se détachent, si certaines pages gondolent, la colle utilisée n'a pas endommagé les papiers et les documents iconographiques comme les dessins, les photographies et les papiers à en-tête restent très lisibles.

 

Le travail fastidieux mené par Camille Pagé participe de sa volonté encyclopédique. Si certaines réserves méthodologiques peuvent être formulées aujourd'hui, puisque les données qu'il reçoit de villes françaises reculées ou de pays lointains ne peuvent faire l'objet de tous les recoupements nécessaires, aucun ouvrage de cette envergure n'a été publié depuis.

 

© 2013, Alienor.org, Conseil des musées