Après son retrait de l'affaire familiale en 1898, Camille Pagé achète pour sa bibliothèque personnelle des éditions rares et surtout consacre une partie de son temps à ses propres recherches historiques et à ses écrits. Attaché à sa ville, esprit curieux et cultivé, il s'attache à faire redécouvrir dans des essais, des conférences et des monographies des pans entiers de l'histoire locale.

 

La bibliothèque du Château à Châtellerault conserve ainsi dans son fonds patrimonial une série d'ouvrages manuscrits ou imprimés rédigés par Camille Pagé et donnés par sa veuve Adrienne dans les années 1920. Y figurent entres autres :

  • Une Monographie du collège de Châtellerault accompagnée du plan actuel de cet établissement : 1467-1902, Imprimerie Rivière, Châtellerault, 19021,
  • Salis et le Chat noir : Conférence donnée à Châtellerault le 29 mai 1910 par Camille Pagé, Imprimerie Rivière, Châtellerault, 1912,
  • Le texte de ses Allocutions, conférences, rapports, Imprimerie Rivière, Châtellerault, 1901-1915 (contenant par exemple le discours qu'il a prononcé pour l'inauguration de l'école de Chézelles),
  • L'Inventaire des titres du Duché de Châtellerault 1658-1659, manuscrit, 
  • Le recueil des Épisodes de l'histoire de Châtellerault, Imprimerie Rivière, Châtellerault, s.d….
 

Il montre un vif intérêt pour les fouilles du site archéologique gallo-romain du Vieux-Poitiers2. Le 16 mai 1909, il tient une conférence sur le thème au groupe châtelleraudais des Annales. Le texte de cette conférence est édité en 1911 par l'imprimerie Rivière. À l'instar des chercheurs qui sont intervenus sur le site, il identifie les vestiges du théâtre gallo-romain comme étant ceux d'un cirque.

Enfin, il participe à la création du musée de Châtellerault voulu dès 1891 par Jules Duvau en donnant régulièrement des objets de sa collection personnelle. Ainsi le registre des délibérations de la commission3  du musée note le 2 novembre 1900 :

« Monsieur le Président se met à énumérer les divers dons que de généreux donateurs ont envoyés à la Ville pour être exposés au Musée :
[…]
De Mr Camille Pagé : d'assez nombreux fragments (pierres, poterie, briqueterie), trouvés sur l'emplacement dit du Vieux Poitiers. »,

puis le 31 décembre 1900 : 

« Mr. Grenat dit qu'il a manifesté à Mr Camille Pagé le désir qu'aurait la Commission de voir au Musée de la Ville une petite collection de couteaux anciens et modernes : Mr Pagé a déclaré qu'il allait en faire don à la Ville ; cette collection serait exposée dans la grande vitrine. La Commission adresse ses plus vifs remerciements à Mr. Pagé. »

 
 

Cette collection exceptionnelle par son contenu (couteaux de Châtellerault tous uniques par leur forme et les matières employées pour les manches et les garnitures, notamment des Pagé-Gallois et des Pagé Frères ainsi que des exemples de coutellerie collectés au cours de ses voyages : Paris, Allemagne,…) est effectivement remise le 22 avril 1901 conjointement avec des couteaux donnés par Jules Duvau. Un Catalogue de coutellerie du Musée de Châtellerault, le plus ancien catalogue existant pour le musée, est alors rédigé. Malheureusement sur les cent entrées notées, 28 ont disparu, leur notice étant annotée « volés en 1944 par les troupes d'occupation ».

Le 13 juillet 1905, il devient membre de la commission du musée :

« Monsieur le Président souhaite la bienvenue à Mr Camille Pagé […]. Messieurs Pagé et Farigault se sont depuis longtemps intéressés au Musée qui s'est enrichi de leurs dons, leur concours ne peut qu'être précieux à la Commission. »

Jusqu'à sa mort, il reste actif au sein de la commission et sa veuve poursuit son œuvre notamment en donnant au musée en 1922 un pastel daté de 1852, le portrait de Camille Pagé enfant par Augusta Warin.

Voir toutes les empreintes de médaille [sélection de la base de données dans un nouvel onglet]
 

1 - Camille Pagé a fait ses études au collège de Châtellerault et a obtenu le baccalauréat es-sciences en 1861. Il préside également un groupe d'anciens élèves du Collège.

2 - Les premières recherches réalisées par monsieur Delavau de la Massardière sur le site de Vieux-Poitiers remontent au milieu du XIXe siècle et portent  sur l'environnement proche de la « tour », vestiges du théâtre identifié alors comme ceux d'un cirque ou d'un édifice fortifié. Il faut attendre les  fouilles conduites au début du siècle suivant par E. Ginot et F. Eygun  pour y reconnaître les restes d'un vaste théâtre gallo-romain.

3 - « La Commission du musée de Châtellerault » est créée le 10 octobre 1899, son président est alors Jules Duvau, député. Celui-ci est également le premier conservateur du musée. Les membres de la commission sont des personnalités locales, amateurs éclairés, artistes locaux, collectionneurs, donateurs… Sa mission est de gérer le fonctionnement du musée (budget, expositions, tarifs, acquisitions). Elle se réunit deux à trois fois par an jusqu'en 1914, puis moins régulièrement. La dernière séance se tient le 22 juillet 1941.

 

© 2013, Alienor.org, Conseil des musées