Pour résister à la concurrence d'autres coutelleries comme celles de Thiers (Puy-de-Dôme) ou de Sheffield en Angleterre déjà mécanisées et à la baisse de demande de couteaux châtelleraudais en résultant dans la première moitié du XIXe siècle, les Pagé ont compris qu'il fallait se spécialiser dans la production de coutellerie de table et de rasoirs en optant pour une production en série et mécaniser cette dernière.

 

Lorsqu'il rejoint l'entreprise familiale en 1867, Camille Pagé cherche à accélérer le mouvement de modernisation et de spécialisation de la coutellerie Pagé Frères déjà amorcé. Il améliore les conditions de production conjointement avec son frère Georges. À eux deux, ils imaginent, par exemple, un système de protection sur les meules pour éviter les accidents mortels dus à l'éclatement des pierres.

Surtout, Camille voyage en France mais aussi à l'étranger dans toutes les grandes villes coutelières : Paris, Thiers, Sheffield… Il y observe les nouvelles techniques de productions, les modes en matière de coutellerie et ramène ses idées à Naintré. Voyageur de commerce, il prospecte les marchés s'offrant à la coutellerie familiale. Curieusement, lorsqu'il se marie, en 1876 à Paris, avec Adrienne Béranger, le métier qu'il déclare est celui de comptable !

À la fin du XIXe siècle, l'usine de Domine est devenue une manufacture moderne : 

  • la production s'y fait en série et le travail est parcellisé : un couteau passe par 67 mains, depuis la réception des matières premières jusqu'à l'emballage avant commercialisation.
  • la Manufacture fonctionne grâce à une force hydraulique de 100 chevaux, s'étend sur 3 000 m² et emploie environ 200 ouvriers pour une production de 3 000 couteaux et rasoirs par jour.

La gestion de la main d'œuvre est un exemple de paternalisme. Dès leur installation à Domine, les Pagé font construire des logements pour leurs ouvriers dans l'actuelle rue Camille Pagé (route de Bracon) à Domine et une rue entière à Naintré, l'avenue de l'Adjudant Réau. Le loyer est retenu sur les paies. Les ouvriers cotisent obligatoirement à une Société de Secours Mutuel couvrant les frais de maladie.

Patrons proches de leurs ouvriers, Camille Pagé et ses frères sont souvent invités aux mariages ou fêtes de famille de leurs ouvriers. En 1878, Camille et Gaston inaugurent la première assemblée de Domine avec bal populaire au cours de laquelle ils organisent un lâcher de ballons.

En 1898, Camille Pagé se retire de la direction de l'entreprise Pagé Frères. Il se consacre à la gestion de la commune de Naintré, à ses recherches historiques et à la rédaction de son livre sur la coutellerie.

 
 

© 2013, Alienor.org, Conseil des musées