Statuettes votives

Les statuettes, déposées au sein des laraires domestiques, sont aussi remises en offrande dans les temples. C'est le cas, par exemple, au temple gallo-romain de Sanxay (peut-être Sanciacum, d'après un cartulaire du chapitre de Saint-Hilaire de Poitiers en 939), situé à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Poitiers.
Sur ce site fréquenté depuis le Néolithique, les premières traces d'un temple thermal remontent à la fin du Ier siècle av. J.-C. Au premier siècle de notre ère, les ensembles monumentaux sont érigés dans le cadre d'une réorganisation générale du site, sans doute en relation avec le développement de la cité des Pictons et de sa capitale, Lemonum (Poitiers). Le site décline à partir de la seconde moitié du IIIe siècle pour être finalement abandonné au IVe siècle.

Les offrandes peuvent avoir diverses formes, ainsi ce cippe surmonté d'une tête d'aigle retrouvé à Poitiers lors de travaux de terrassement au XIXe siècle.

Offrandes funéraires

Les figurines trouvées en contexte funéraire sont pour la plupart cassées. Ce fait témoigne de la tradition de briser des objets et d'en répandre les morceaux autour de la tombe du défunt pour l'accompagner dans son voyage vers l'au-delà.

Vues du temple thermal de Sanxay

De gauche à droite : Dieux têtes. Cliquez sur les images pour voir les fiches des objets.

Page précédente