Les plaques photographiques de Louis Lessieux

« La photographie des couleurs a été mise à la portée de tous les amateurs par l'invention des plaques et pellicules à réseaux polychromes, comme les Autochromes, les Filmcolor et les Lumicolor, qui se manipulent aussi simplement que les clichés ordinaires destinés aux tirages positifs »9.
La collection de plaques additives à réseaux que possède Le musée de l'île d'Oléron est constituée de près de quatre vingt dix unités. Parmi ces photographies, toutes de Louis Lessieux, il y a bon nombre de plaques Autochromes Lumière. Toutefois d'autres procédés sont présents principalement des plaques à réseau Omnicolore de la société Jougla. Ce procédé est assez rare dans les collections publiques et rares sont aussi les photographes qui se sont lancés dans de telles expériences.

Les techniques et difficultés de tirage de ces plaques ne sont pas faciles à maîtriser et celui-ci devient alors un vrai travail de chimiste. D'ailleurs la qualité relative de développement et les altérations visibles sur de nombreux clichés de la collection du musée de l'île d'Oléron nous le prouvent.
Sur certaines des plaques on peut parfois remarquer une coloration rose violacé prononcée. Ceci est une altération caractéristique de l'Omnicolore.

9 Lessieux Louis, La Bichromie, procédé d'interprétation de la couleur, Paris, vers 1933. Louis Lessieux écrit ces lignes une vingtaine d'années après ses premiers essais de photographie couleur sur plaque de verre.