Les procédés additifs à réseaux

Conditionnement de boîte autochrome

Conditionnement de plaque autochrome

S'ils sont les premiers à réussir à mettre à la portée du grand public la photographie couleur, les frères Lumière ne sont pas les premiers à avoir réalisé des plaques photographiques « à réseaux ». Avant eux l'américain James Williams McDonough ou l'irlandais John Joly ont pu exploiter le principe de la trichromie en réalisant une seule prise de vue grâce au fameux réseau coloré.
Il y aura donc les plaques du procédé John Joly dès 1896 et McDonough l'année suivante. Premières applications du principe de réseau trichrome de Ducos du Hauron, ces fabrications resteront expérimentales et ne se feront plus dès le début du XXe siècle.
Dès avril 1909, la société Jougla, à Joinville-le-Pont, présente les plaques à réseau Omnicolore, deux ans après la commercialisation par la société Lumière de l'autochrome. Les plaques de la société Jougla disparaissent de la vente quand les deux entreprises fusionnent en 1912.
Les Anglais de la Thames Color Dry Plates Company proposent entre-temps leur système. Louis Dufay accompagné de la société Guilleminot élabore la plaque Dioptichrome à réseau détachable, concurrent sérieux de l'autochrome, et au milieu de la Première Guerre mondiale l'allemand Agfa frappe un grand coup en sortant l'Agfacolor6 mais l'autochrome restera la référence pour les photographes amateurs de couleur.

6 La société allemande produira ces plaques jusqu'en 1932 et conservera le nom du produit pour son film inversible chromogène couleur : Agfacolor Neu (1936).