Alienor.org

Pierre Loti et la Grande Guerre

Sur le front

Contexte

À l'aube de l'attentat de Sarajevo, le 28 juin 1914, cette étincelle qui allait enflammer toute l'Europe, le contexte géopolitique européen change. Bientôt les empires allemand, austro-hongrois, russe et ottoman seraient rayés de la carte. Déjà en 1909, le sultan ottoman Abdülhamid II avait été renversé par le mouvement des Jeunes-Turcs marquant la fin du pouvoir absolu.
L'Empire ottoman s'effondrait par ailleurs dans les Balkans ; l'Autriche-Hongrie avait annexé la Bosnie-Herzégovine en 1908.
Des rébellions avaient lieu en Albanie, laquelle allait proclamer son indépendance en 1912. Des rumeurs de débarquement français en Syrie circulaient. Enfin, la Bulgarie allait proclamer son indépendance et la Crète se rattacher à la Grèce ; la Libye et l'île de Rhodes devaient être prises par l'Italie cette même année.
Après le déclenchement de la Première Guerre balkanique qui dura d'octobre 1912 à mai 1913 et opposa la Ligue balkanique (la Serbie, la Bulgarie, la Grèce et le Monténégro) à l'Empire ottoman, les armées des États des Balkans en supériorité numérique furent rapidement victorieuses. À l'issue de cette guerre, la quasi-totalité des anciens territoires européens de l'Empire ottoman fut partagée entre les membres de la Ligue balkanique.
La répartition des gains de cette Première Guerre balkanique, non conforme aux accords initiaux, provoqua le mécontentement de la Bulgarie, qui malgré ses succès, n'obtenait pas les bénéfices attendus en Macédoine. S'en suivit un nouveau conflit, connu sous le nom de Deuxième Guerre balkanique, qui opposa la Bulgarie à ses anciens alliés du 16 juin au 18 juillet 1913.

La Serbie et la Grèce, mises en difficulté, appelèrent à la rescousse la Roumanie. Lorsque les troupes roumaines approchèrent de la capitale Sofia, la Bulgarie demanda un armistice qui déboucha sur le traité de Bucarest, dans lequel la Bulgarie dut renoncer à ses revendications, céder une partie de ses gains de la Première Guerre balkanique à la Serbie, à la Grèce et à l'Empire Ottoman et en plus céder une partie de son territoire initial à la Roumanie, ce qui créa des différends territoriaux avec ses voisins.

La guerre provoqua la rupture de l'alliance russo-bulgare, laissant la Serbie comme seule alliée de la Russie dans cette région importante. C'est pour cela que la Serbie reçut le soutien total de la Russie lors de la crise de juillet 1914 qui mena à la Première Guerre mondiale, et qu'en 1915 la Bulgarie s'allia aux Empires centraux dans l'espoir de ramener vers elle les territoires (à majorité bulgarophone) qu'elle n'avait pu gagner lors des deux guerres balkaniques.

Dans ce contexte, plusieurs personnalités font entendre leur voix, notamment le turcophile Pierre Loti. L'auteur des Désenchantées est un écrivain-académicien, capitaine de vaisseau à la retraite depuis 1910 quand le conflit éclate en 1914.
Patriote convaincu dont le fils unique est au front, Loti souhaite mettre ses talents d'écrivain et ses qualités militaires au service de la France.