"L'Inde avec les Anglais", photographies de la collection de Pierre Loti

Les escales de Pierre Loti dans la péninsule indienne

L’Inde fait partie des rêves d’enfant de Loti. Dans son roman Matelot, paru en 1892, il prête au héros Jean ses propres souvenirs : « En cette attente de départ, son esprit ne se fixait à rien de suivi ni de précis, mais flottait de plus en plus dans le rêve des lointains. […] Au hasard de ses lectures, il avait rencontré […] quelques uns de ces fragments visionnaires sur l’Orient mort […] et il les relisait […] en frissonnant chaque fois devant le mystère qu’ils évoquent… C’était un soir des vieux âges. La mort de l’Astre Souryâ, phénix du monde, arrachait des myriades de pierreries aux dômes d’or de Bénarès… »

 

Lieutenant de vaisseau en partance pour la Chine et le Japon, Loti fait mouillage à Colombo le 31 décembre 1883. Le lendemain, c’est la découverte de la « féérie de l’Inde ». Sur le chemin du retour, il s’arrête deux jours devant Mahé, le 1er janvier 1886 : « C’est dans l’Inde que je suis, l’Inde des poitrines de bronze et des grands yeux de velours noir ; dans l’Inde chaude, exubérante, splendide. »(Journal)

Bords du Gange à Bénarès, à l'heure des ablutions religieuses ; signature du photographe : Bourne
précédent suivant