"L'Inde avec les Anglais", photographies de la collection de Pierre Loti

Pierre Loti, reporter photographe en Inde

En 1894, Pierre Loti fait l’acquisition d’un appareil photographique : probablement une petite chambre détective à main, très simple de fonctionnement et utilisant des clichés-verre au gélatinobromure d’argent de taille réduite – 6 cm x 8,5 cm. Il s’en sert lors de son voyage en Terre Sainte et, à son retour, fait monter les épreuves tirées en album. L’Univers illustré du 9 mars 1895 publie même à sa une l’un de ces clichés, illustrant la parution de son livre Le Désert. Il fait aussi reproduire ses clichés en positifs pour des projections à l’usage de la famille et des amis. Mais ces instantanés sont surtout pour lui, à côté des notes et des croquis qu’il rapporte de ses voyages, l’indispensable support de sa mémoire pour étoffer ses récits.

 

Des Indes, il ne rapporte que quelques dessins, portraits d’indiens, d’un officier britannique. Mais il réalise une centaine de photographies. Les musées de Rochefort conservent quelques 90 clichés-verre, Madame Christiane Pierre-Loti-Viaud une cinquantaine d’épreuves contacts montées sur carton – certaines offrant la trace d’un négatif disparu.

 

Quelques rares agrandissements révèlent la qualité des images : Pierre Loti, en 1899, est devenu un habile opérateur. Ses vues d’architectures et de paysages sont parfaitement maîtrisées, cadrées, variées. Il se risque même à prendre des vues d’intérieur, sans apport de lumière artificielle. Avec un vrai sens du reportage, il peut multiplier les images au cours d’une procession, de scènes d’ablutions ou lors de la découverte d’un site exceptionnel. Loin du touriste « Cook » qui déclenche son Kodak à tout va, Loti ne couvre pas tous ses déplacements, mais choisit quelques moments rares, dont il veut garder trace.

précédent suivant