AVERTISSEMENT : Votre navigateur internet est trop ancien pour permettre un affichage correct du site tout en respectant les standards actuels et les recommandations en matière d'accessibilité.
Si vous ne pouvez vous mettre à jour vous-même, veuillez contacter votre administrateur système pour effectuer cette mise à niveau (par exemple : Firefox 3, Internet Explorer 8, Opera 9, Safari 3 ou des versions ultérieures). Merci de votre compréhension.

Le panneau mémorial de la bataille de Thouars

Le 5 mai 1793, lors de la prise de Thouars par les Vendéens, des gardes nationaux d’Airvault ont trouvé la mort. La municipalité a fait peindre un panneau en leur mémoire.

Il s’agit d’un panneau de bois dont La composition s’organise autour d’un obélisque monumental. Son socle est orné d’une tête de femme coiffée d’une couronne de laurier (effigie de la République). Cette figure a été mutilée on ne sait à quelle période. L’obélisque est surmonté d’un ange dont les attributs symbolisent les valeurs de la République : en équilibre sur un globe, il porte un bonnet phrygien, tient une couronne de laurier dans sa main gauche et sonne de la trompette de son bras droit. Des canons et des drapeaux bleu blanc rouge flanquent le socle de l’obélisque.

Le fond est constitué d’un texte où sont énumérés les noms des morts pour la patrie lors du combat du 5 mai 1793. A côté du prénom et nom de leur capitaine, Jean Roy, on peut lire ceux des jeunes « Combattants de la Liberté ». Porté par quatre rescapés de la bataille meurtrière, il a figuré dans le défilé célébrant la « Fête de la souveraineté du Peuple », le 20 mars 1798. On suppose que ce tableau a été réalisé peu de temps après le conflit. Le drapeau tricolore sous sa forme actuelle étant entré en vigueur en 1794. Ce monument aux morts semble unique par le fait qu’il commémore un conflit de l’époque révolutionnaire ; sa facture est assez rudimentaire. Apposé à la mairie pendant plus d’un siècle et demi, le mémorial a été placé au musée, il y a quelques années.
Il est protégé au titre des Monuments Historiques depuis 1981.

Le buste de Marianne peint sur le panneau mémorial portant des traces de mutilation
Ange surmontant l'obélisque représenté sur le panneau mémorial
Voir la fiche de l'objet