Les masques conservés à Angoulême :
L'arrivée dans les collections

Page précédente Page suivante

Ces œuvres sont parvenues dans les fonds du musée d'Angoulême en 1934, lors du legs de la collection du docteur Lhomme. Elles ont été inventoriées par ce dernier dans les registres aux numéros 1215 et 1532 sous les appellations respectives de "Masque de danse à nez de polichinelle de Nouvelle Calédonie" et "Masque de danse avec filet garni de plumes. Nouvelle Calédonie".

Noyau primitif d'une collection extra-européenne qui compte aujourd'hui plus de 5000 objets, le legs de 3243 objets par le docteur Lhomme, reste la plus considérable donation faite au Musée d'Angoulême et celle qui initia l'existence d'un fonds extra-européen dans la capitale charentaise. Ce médecin de la Rouchefoucault rassembla très tôt (dès le dernier quart du XIXe siècle) des objets de diverses natures provenant d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques. Cette collection a cependant pu être réunie sans que le docteur Lhomme ait jamais quitté la France. Il hérita sa passion de son oncle, Jean Fermond, qui demeure un des pionniers de l'archéologie charentaise. Ce dernier possédait en effet une importante collection archéologique mais également quelques pièces originaires d'Océanie, et en particulier de Nouvelle-Calédonie. Il légua une partie de cet ensemble à son neveu, qui l'intégra à sa propre collection, aujourd'hui conservée au Musée d'Angoulême.

Si Jules Lhomme transmit à la postérité un registre minutieusement tenu des pièces recueillies, on en connaît mal, en revanche, les modalités d'acquisition. On a coutume de dire qu'il se fournissait sur les quais de Bordeaux où il se rendait fréquemment pour affaires. Cependant, la cohérence de certaines parties de sa collection laisse penser qu'il était entouré de personnes ayant une bonne connaissance de ces territoires. Ses achats sur les stands des premières foires coloniales et sur les quais des ports où accostaient les bateaux en provenance d'outre-mer, étaient donc très probablement motivés par les conseils de proches avisés ou le fruit d'échanges avec d'autres amateurs éclairés.

Suite...

Photographie d'une partie de la collection du docteur Jules Lhomme. Le masque Wimawi est visible au centre

Ci-dessus : photographie d'une partie de la collection d'objets océaniens de Jules Lhomme à son domicile en 1934. Le masque Wimawi est visible au centre.
Voir la fiche de l'objet