La présentation des expositions temporaires au musée d'Angoulême ou . . . cultiver l'intelligence en suscitant l'émotion.

retour à la page précédente | accès direct au sommaire

Introduction :

Depuis une vingtaine d'années, l'équipe des Musées d'Angoulême accorde une attention particulière à la présentation de ses expositions temporaires, souhaitant pour chacune d'entre elles créer un lieu dans lequel les visiteurs, en éprouvant des émotions, peuvent enrichir leurs connaissances et s'ouvrir aux questionnements posés par la rencontre des cultures.

Chaque commissaire d'exposition fait appel à des "metteurs en espace" ou muséographes sensibles à leur univers et l'équipe technique des musées réalise ces propositions communes.

Une brève histoire de la muséographie

Dès l’antiquité égyptienne puis gréco-romaine, on met en scène des oeuvres d’art dans les temples et les palais, puis le catholicisme conçoit dans ses églises de véritables expositions scénographiées d’oeuvres d’art frappant les fidèles par leur force et leur expressivité, créant un environnement propice à la foi et à la crainte et à l’amour de Dieu.

Mais c’est la Renaissance qui, avec la création de cabinets de curiosité présentant des objets de toute nature et de toutes provenances, privilégiant les plus lointaines, conçoit les premières présentations d’objets n’ayant d’autre fonction que de susciter l’admiration devant les merveilles de la création divine et humaine.

Jusqu’à la Révolution française, c’est la profusion et l’accumulation qui sont de règle dans les présentations des collections privées et royales, puis publiques.

Puis, en 1795, Alexandre Lenoir, avec la création du musée des Monuments français à Paris, crée pour la première fois une présentation d’oeuvres racontant une histoire collective, celle de la nation française, chaque objet participant de cette histoire et présenté selon une chronologie didactique. C’est le début d’une querelle ininterrompue entre les tenants d’une présentation rationnelle et pédagogique s’adressant à l’esprit et ceux d’une présentation s’adressant aux sens et à l’émotion.

Les années 1930 verront les grands musées français essayer de mettre de l’ordre dans le désordre de présentations foisonnantes uniquement destinées aux connaisseurs qui peuvent eux-mêmes faire le tri dans le labyrinthe de salles pleines. Le grand public entre dans les préoccupations des conservateurs.......

Et, dans les années 1980, une « nouvelle muséologie » privilégie la dimension sociale et politique et l’approche anthropologique des objets présentés. La muséologie d’objets, fondée sur les collections, devient muséologie d’idées, fondés sur des concepts et des savoirs.

Enfin, la fin du 20e siècle introduit dans les présentations l’accroche par les cinq sens. La vue n’est plus seulement sollicitée mais aussi l’ouïe avec les audio-guides et les illustrations sonores, puis le toucher et enfin l’odorat et le goût. L’émotion est définitivement entrée au musée...

1984 Entre archéologie et modernité, Paul Abadie, architecte (1812-1884)

Commissariat : Monique Bussac, Claude Laroche

Muséographie : Gérard Chauvin

Rencontre entre le Sacré-Coeur de Paris et un artiste iconoclaste.

1987 La charente au temps des mammouths

Commissariat et muséographie : Jean-François Tournepiche

Si vous ne voyez pas qu'une exposition est en cours . . .

1993 Jean-Louis Lauté, la poésie du quotidien

Commissariat : Monique Bussac

Muséographie : Stéphane Cordat

Quand les acteurs s'échappent des photographies.

1994 Le théâtre d'Angoulême 1866-1870, Antoine Soudée

Commissariat : Monique Bussac et Valérie Beaufort

Muséographie : Stéphane Cordat

Un peu de moquette rouge et la patience du dessinateur.

1995 Fantômes de pierre, la collection de sculptures du musée d'Angoulême

Commissariat : Béatrice Rolin

Muséographie : Stéphane Cordat

On utilise même les guirlandes de Noël !

1995 Mémoire de caverne, la grotte des Perrats à Agris

Commissariat : José Gomez de Soto

Muséographie : Stéphane Cordat

Les noces de l'archéologie et de la bande dessinée.

1995 Les très riches heures du papier à rouler

Commissariat : Denis Peaucelle

Muséographie : Côté Art (Hédi Saïdi) et Alain François

Ou l'art de l'accumulation réinventé.

1996 Retour de fouilles

Commissariat et muséographie : Jean-François Tournepiche

Rassurez-vous, nous n'exposions en permanence que les bottes !

1996 Théodore Monod, l'esprit du désert

Commissariat : Monique Bussac

Muséographie : Jean-Marie Debaud

Quelques mètres cubes de sable, des centaines de lattes de parquet, de la lumière, et du talent . . .

1997 Armand Vergeaud, 1876-1949

Commissariat : Béatrice Rolin

Muséographie : Jean-Marie Debaud

Lumière du jour et transparence pour un peintre du soleil.

1998 L'ordre et la louange, arts et traditions du Maghreb dans les collections du musée d'Angoulême

Commissariat : Monique Bussac

Muséographie : Jean-Marie Debaud

Une atmosphère inspirée pour ces objets dignes de louanges . . .

1998 Le Châtelet-les Halles, 1000 ans d'histoire urbaine à Angoulême

Commissariat : Monique Bussac

Muséographie : Jean-Marie Debaud

Pas de halles sans légumes !

1998 La publicité à l'égyptienne

Commissariat : Denis Peaucelle

Muséographie : Bruno Mazauric

Et toujours les sables du désert...

2000 Les Portes de la Mémoire

Commissariat : Monique Bussac

Muséographie : Jean-Marie Debaud

La boucle est bouclée, le millénaire se clôt par une évocation de la naissance des musées et des muséographies accumulatives.

Bibliographie

* Dominique Poulot : Bibliographie de l'histoire des musées de France. Édition du Comité des travaux historiques et scientifiques, CTHS, 1994

* Paul Rasse : Les musées à la lumière de l'espace public: histoire, évolution, enjeux. Collection Logiques sociales, L'Harmattan, 1999

* René Vinçon : Artifices d'exposition. Collection Esthétiques, L'Harmattan, 1999

* Alain Nicolas et Muséologie nouvelle et expérimentation sociale : Nouvelles muséologies. Édition MNES, 1985

* Vagues. Une anthologie de la nouvelle muséologie. Collection Museologia, Édition MNES, Presses Universitaires de Lyon, 1992

* Béatrice Rolin : Fantômes de pierre, la sculpture à Angoulême 1860 - 1930. Édition GERMA, 1995

* Béatrice Rolin : Armand Vergeaud (1876-1949), parcours d'un peintre entre tradition et modernité. Édition GERMA, 1997

* Claude Laroche (dir) : Paul Abadie, architecte, (1812-1884), entre archéologie et modernité, Édition Ville d'Angoulême, 1984