détail du portement de croix
flêche page précédente page précédente page suivante flêche page suivante
Le sacrifice d'Abraham Le sacrifice d’Abraham
Everard Quirijnsz van der Maes (1632)
Huile sur cuivre
Monogrammé et daté en bas à droite
Selon le texte du chapitre 22 de la Genèse, Abraham s’apprête à sacrifier son fils Isaac, sur le commandement de Dieu, lorsqu’un ange arrête sa main et lui dit : « N’étends pas la main contre l’enfant ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique ». Abraham offrira alors en holocauste le bélier qui s’est pris les cornes dans un buisson, à sa gauche. Cette scène ouvre le cycle des Mystères de la vie du Christ : le sacrifice d’Isaac préfigure celui du Christ.
Voir la fiche de l'objet dans une nouvelle fenêtre.

Le sacrifice d'Abraham

L'annonciation

L’Annonciation
Everard Quirijnsz van der Maes (vers 1618)
Huile sur cuivre

L’ange Gabriel vient annoncer à Marie qu’elle enfantera Jésus, fils de Dieu. Les rayons lumineux émanant de la colombe du Saint Esprit, vers la Vierge, matérialisent le moment de l’Incarnation, où Dieu se fait chair. Marie répond : « Je suis la servante du Seigneur. Qu’il advienne selon sa parole ». Voir la fiche de l'objet dans une nouvelle fenêtre.

L'Annonciation

L'annonciation

La Visitation
Flandres (17e siècle)
Huile sur bois

Cet épisode est tiré de l'Évangile selon saint Jean, qui rapporte la visite faite par la Vierge Marie, enceinte, à sa cousine Élisabeth, qui elle-même porte un enfant, le futur saint Jean Baptiste. Alors qu'elles se saluent, l'enfant porté par Élisabeth tressaille en son sein, et elle s'exclame alors que Marie est bénie entre les femmes, et « béni le fruit de [son] sein ».

Voir la fiche de l'objet dans une nouvelle fenêtre.

La Visitation

La Nativité de Van der Maes

La Nativité
Everard Quirijnsz van der Maes (1618)
Huile sur cuivre
Monogrammé et daté

Le cycle comporte deux tableaux illustrant la Nativité. Celui-ci, un des premiers réalisés par E. van der Maes, représente la Vierge Marie et saint Joseph adorant l'Enfant, seuls, alors que l'autre composition, une œuvre antérieure, d'un peintre hollandais actif dans la seconde moitié du XVIe siècle, convie autour des parents deux anges, l'âne et le bœuf, et trois spectateurs (inv. 967.22.22).
Le mauvais état de conservation rend difficile la lecture de l'œuvre. L'éclairage latéral appuyé met en valeur les visages de Marie et de Joseph ainsi que l'Enfant emmailloté, dans un décor d'architecture qui évoque l'étable de Bethléem.

Voir la fiche de l'objet dans une nouvelle fenêtre.

La Nativité

La Nativité La Nativité
Pays-Bas (2e moitié du XVIe siècle)
Huile sur bois
Cette composition à l’huile sur panneau de chêne, sans doute exécutée par un peintre hollandais actif dans la seconde moitié du XVIe siècle, était peut-être en possession de l’abbaye avant l’arrivée des œuvres peintes par E. van der Maes. Elle fut ensuite, comme l’ensemble du cycle, ré-encadrée pour s’intégrer harmonieusement dans l’ensemble. La Vierge et saint Joseph, accompagnés de deux anges, adorent l’Enfant posé sur un pli du manteau de sa mère. L’âne et le bœuf, selon la tradition, complètent la scène, sous les yeux de trois « spectateurs » qui se massent dans une ouverture du fond d’architecture. Voir la fiche de l'objet dans une nouvelle fenêtre.

La Nativité

L'annonce aux bergers L'Annonce aux bergers
Everard Quirijnsz van der Maes (1631)
Huile sur cuivre
Monogrammé et daté en bas à droite
La naissance de Jésus fut d’abord annoncée à des bergers qui passaient la nuit dans les champs avec leurs troupeaux. Fidèle au texte de l’évangile selon saint Luc (chap. 2, 8-14), E. van der Maes représente l’ange qui leur apparaît dans un halo de lumière, vers lequel deux lèvent les yeux, éblouis, tandis qu’un troisième sommeille encore à l’arrière-plan, devant les moutons parqués dans l’obscurité. Au premier plan, deux moutons et un chien inscrivent cette scène dans une atmosphère familière. Voir la fiche de l'objet dans une nouvelle fenêtre.

L'Annonce aux bergers