Les XIXe et XXe siècles

Les néo-classiques, les romantiques (à part Delacroix) et les impressionnistes s'intéressent peu à la nature morte. Il faut attendre Van Gogh et Cézanne pour que le genre, soumis à des motivations nouvelles, fasse sa réapparition.
Van Gogh utilise l'objet comme moyen d'expression, comme symbole. Ainsi les Vieux souliers peints en 1886 (Van Gogh Museum, Amsterdam) sont un moyen de décrire la misère dans laquelle il vit.

En ce qui concerne Cézanne, les objets sont prétexte à une reconstruction intellectuelle et plastique qui annonce le mouvement cubiste.

Chez les surréalistes, l'objectif n'est pas de peindre les objets tels qu'ils sont, mais plutôt de les détourner de leur sens pour aboutir au rêve, au fantastique, à l'étrange.

Le Pop'Art et le Nouveau Réalisme se sont aussi intéressés à l'objet comme témoin des problèmes de société. On est en droit de se demander, dans ces deux cas, s'il s'agit toujours de nature morte.

 

 

© Alienor.org, Conseil des musées