Un genre qui conquiert ses lettres de noblesse

En Hollande, le thème principal est la table servie qui permet aux peintres d'explorer toutes les facettes de leur sujet par de savantes mises en scène, de subtils jeux de couleurs et de lumières, et enfin, par association ou contraste de matières.

Au milieu du siècle, la Réforme aidant, le repas se fait plus discret. On parle alors de "déjeuner monochrome " qui présente un nombre plus restreint de choses dans une gamme chromatique de bruns et de gris. C'est aussi à ce moment-là que triomphent les "vanités ", réflexion sur la mort et la condition humaine.

En Italie, la peinture de nature morte est dominée par le Caravage (Corbeille de fruits, Milan, Ambrosienne) qui scandalise ses contemporains en affirmant : " Il me coûte autant de soin pour faire un bon tableau de fleurs qu'un tableau de figures. "
Les artistes de Bergame et de Naples sont les plus productifs.

A la fin du XVIIe siècle, Rome devient un centre international de nature morte essentiellement utilisée comme décor (Francesco Fieravino, dit le Maltais, Mario Nuzzi, dit dei Fiori ou Cerquozzi).

© Alienor.org, Conseil des musées