page 1/3

L'ouverture au monde que constitue l'ère Meiji (1868-1912) se traduit entre autres, par l'abandon dukimono traditionnel au profit du vêtement occidental et par l'engouement du Japon auprès des occidentaux (déjà rencontré lors de la participation du Japon à l'exposition universelle de Paris en 1867).

Le netsuke perd peu à peu son utilité. Pourtant la qualité artistique de certaines de ces miniatures pousse des japonais à en constituer des collections.

Au cours de leurs voyages, des occidentaux (tels que les frères Goncourt qui se passionnent pour ces objets ou Pierre Loti qui effectuera trois séjours au Japon) s'initient aux arts et aux traditions du Japon et ramènent en Europe des objets et œuvres d'arts qui constitueront la base de collections dont celles de netsuke.