Ce qui surprend sans doute les Européens c'est la stabilité des pirogues qui est assurée soit par les flotteurs pour les pirogues à balancier soit par la coque double parallèle. Dumont D'Urville fut plus particulièrement séduit par la construction navale des îles Fidji qui rayonna aux îles Tonga et Samoa :
 

" les pirogues vitiennes [fidjiennes] sont de beaucoup supérieures à toutes celles qui se fabriquent dans l'Océanie. Une grande légèreté, une grande finesse dans les formes, leur acquiert une supériorité de vitesse sur tout ce que nous avons vu dans ce genre ; des voiles immenses, mais qui se serrent avec facilité, en rendent le maniement facile. " (Voyage au pôle sud et dans l'Océanie sur les corvettes L'Astrolabe et la Zélée, T.IV, Dumont d'Urville, ed. Gide, Paris, 1842, p.259).

  © Alienor.org, Conseil des musées