Selon l'utilisation de la pirogue, la nature du bois variait. La quille des pirogues double destinées au voyage hauturier était dans un bois résistant. A Wallis et Futuna, il s'agissait du toi (Alphitonia zizyphoides) ou du feta'u (Calophyllum inophyllum) ; en Micronésie, l'arbre à pain était parfois utilisé. En revanche, pour les pirogues de lagons, le bois de la quille était plus tendre (Elaeocarpus angristifolius à Wallis) (Guiot, 2000).

 

Les traverses, ligaturées aux balanciers au moyen de cordes en bourre de coco, étaient réalisées dans un bois également souple et léger comme l'Hibiscus tiliaceus.

La voile était à l'origine en feuille de pandanus (plus qu'en tapa), en raison de sa bonne conservation au contact de l'eau de mer. Elle sera progressivement remplacée par la voile en toile de coton lâche, en Micronésie notamment, mais aussi dans l'île plus lointaine du Sri Lanka. L'ensemble était calfatée par de la bourre de coco mélangée à de la chaux.

  © Alienor.org, Conseil des musées