Le calendrier migratoire

La migration, entendue ici comme un voyage aller-retour entre sites de reproduction et sites d'hivernage, se déroule généralement sur un cycle annuel. Sous nos latitudes, l'oiseau migrateur occupe une zone de reproduction en été, migre à l'automne (migration postnuptiale) vers une aire d'hivernage occupée jusqu'à la fin de l'hiver, époque à laquelle il entreprend une migration de retour (migration prénuptiale).

Pourquoi partir ?

Si les migrations d'oiseaux sont liées à des changements de saison, ce n'est pas directement le climat qui pousse au départ.
La migration est d'abord une adaptation à un manque de ressources alimentaires, dans les régions où une saison hostile survient.
Pour passer la mauvaise saison, les oiseaux adoptent différentes stratégies:

  • Rester et s'adapter (sédentarisation)
  • Se déplacer vers des lieux plus favorables (migration)

En Europe occidentale, seulement 10% des espèces ornithologiques sont entièrement sédentaires. La migration est donc une adaptation vitale adoptée par une grande partie des espèces pour assurer leur survie.

Pourquoi revenir ?

Les oiseaux qui migrent pour hiverner arrivent sur des sites déjà peuplés par d'autres espèces. Si la cohabitation et la compétition demeurent plus limitées en hiver, la période de reproduction et plus particulièrement l'élevage des jeunes augmentent la pression sur les ressources alimentaires lesquelles viendraient vite à manquer si les migrateurs ne quittaient par leur quartier d'hivernage au printemps.

Quand partir ?

Les oiseaux possèdent une sorte d'horloge interne qui leur permet d'organiser les différentes étapes de leur cycle de vie (reproduction, mue, activités migratoires).

Pour se synchroniser sur le cycle des saisons, cette horloge interne est influencée par différents paramètres environnementaux (températures, variations des ressources alimentaires ... ), les plus importants étant la photopériode (durée du jour par rapport à celle de la nuit) et l'intensité lumineuse.

C'est la mélatonine, hormone centrale de régulation des rythmes chronobiologiques qui se fait la messagère de la photopériode.

Cette hormone est sécrétée principalement la nuit et inhibée le jour. La variation de la durée du jour entraîne des modifications de sécrétions de cette hormone et contribue ainsi à déclencher les différentes phases du cycle annuel des oiseaux.

Se préparer au départ

Tout déplacement représente une dépense d'énergie pour les oiseaux. Si pour les faibles distances la recherche quotidienne de nourriture suffit à équilibrer le bilan énergétique, ce n'est pas le cas pour les longues migrations en prévision desquelles les oiseaux doivent constituer des réserves.

Ces réserves prennent la forme de lipides, graisses stockées dans les tissus adipeux, et de protéines sous forme de masse musculaire. Cette constitution de réserve peut souvent s'accompagner de modifications physiologiques temporaires (agrandissements des organes : foie, gésier, intestins ...).

Certaines espèces réalisent leur migration en une seule fois alors que d'autres font des haltes migratoires plus ou moins longues au cours desquelles elles restaurent leurs réserves et entreprennent même parfois leur mue.

La migration en détail 1 année, 12 espèces emblématiques
Busard Saint Martin, n° d'inv : HN998.1.528 Busard Saint Martin, n° d'inv : HN998.1.528 Busard Saint Martin, n° d'inv : HN998.1.528 Femelle
Pds. 435 ; L. 63 ; Env. 117
Collecté à Niort en 1959
Voir la fiche descriptive de l'espèce
Ouverture de la notice complète dans un nouvel onglet
 

Le geai ne migre pas.
Pour survivre l'hiver, il emploie la même stratégie que l'écureuil.
Que fait-il ?

Geai des chênes Geai des chênes Femelle
P. 19 ; L. 35 ; Envergure 56
Collecté à Bois-le-Comte
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice complète dans un nouvel onglet
 

La réponse ici

Il enterre des réserves de glands. Il est capable de les retrouver même sous la neige.

Détail de la vue de la salle sur l'observation en Deux-Sèvres Détail de la vue de la salle sur l'observation en Deux-Sèvres Détail de la vue de la salle sur l'observation en Deux-Sèvres Photo : Vincent Lagardère, Alienor.org, Conseil des musées Ouverture de la notice complète dans un nouvel onglet  

Est-ce un oiseau migrateur ?

Rougegorge familier Rougegorge familier Femelle

Collecté à Niort (Deux-Sèvres) en 1950
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Voir la fiche descriptive de l'espèce
Ouverture de la notice complète dans un nouvel onglet
 

La réponse ici

Oui, le rougegorge familier vu à la belle saison part vers le sud en hiver, celui que l'on voit alors provient du nord... On ne s'aperçoit pas du changement !

Vue de l'exposition au musée Bernard d'Agesci Vue de l'exposition au musée Bernard d'Agesci Vue de l'exposition au musée Bernard d'Agesci Photo : Vincent Lagardère, Alienor.org, Conseil des musées Ouverture de la notice complète dans un nouvel onglet