Le calendrier migratoire

1 année, 12 espèces emblématiques

Janvier

Que se passe-t-il ?

En Europe, pour la plupart des oiseaux, janvier est encore la période centrale de l'hivernage. Mais dès la fin du mois, les oies et les grives entament doucement leur remontée vers le nord. Les vagues de froid fréquentes provoquent souvent de grands mouvements de fuites des canards nordiques.

En Afrique, certains canards quittent déjà leur site d'hivernage, pressés de se reproduire.



Chant de la grive musicienne

Logo creative commons Source
Niels Krabbe

Grive musicienne

Turdus philomelos Brehm, 1831

Classification (Ordre : Passeriformes / Famille : Turdidés)

Description

Grive musicienne Grive musicienne Mâle
P. 70 ; L. 21 ; E. 36
Collecté en 1964 à Joigny (Deux-Sèvres)
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Parties supérieures, tête et bec bruns.
Parties inférieures blanchâtres, avec une couleur chamoisée et des taches brun foncé en forme de « V » sur la poitrine et les flancs.
Queue brune plutôt courte.
Pattes et doigts rose pâle.

Chant et cri

Série de phrases claires et musicales.
Le cri le plus fréquent est un faible « sip » lancé en vol.
Le cri d'alarme est un « chick » perçant et répété.

Habitat/Répartition/Comportement

Commune en France.
Habitats boisés, forêts, parcs, jardins et haies.

Régime alimentaire

Vers, escargots, insectes, larves et fruits tombés à terre.

 

Le saviez-vous ?

La grive musicienne pratique une migration à « saute-mouton » : les populations les plus nordiques migrent en passant par-dessus des populations considérées comme non migratrices (ou beaucoup moins migratrices) nidifiant dans des régions plus tempérées du sud.

Migration

Migrateur hivernant dans toute l'Europe de l'Ouest et du Sud, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
Son vol est battu et horizontal, se déplaçant le plus souvent seul ou par petits groupes.
Sa migration est nocturne, plus intense entre 23h et 3h, jusqu'en matinée.
Les oiseaux d'Europe centrale/orientale migrent vers le sud-ouest de la France et la Péninsule ibérique. Les populations les plus nordiques tendent à migrer plus droit vers le sud, atteignant l'Afrique du Nord ; les populations les plus orientales migrent vers le nord-est de la Méditerranée.
Migration prénuptiale : dès fin janvier avec un pic début mars.
Migration postnuptiale : de fin août à mi-novembre.

Février

Que se passe-t-il ?

Les milans royaux et les buses variables quittent leurs sites d'hivernage en Afrique et remontent vers le nord à la fin du mois.

En Europe du Nord, les goélands bruns sont les premiers migrateurs à refaire leur apparition. Les canards pilets reviennent d'Afrique et les barges à queue noire font halte dans l'ouest de la France. Les cigognes blanches remontent des zones d'hivernage les plus nordiques et le long de la Méditerranée tandis que les premières hirondelles pointent déjà leur bec.



Cri de la cigogne blanche

Logo creative commons Source
Tomas Belka

Cigogne blanche

Ciconia ciconia (Linnaeus, 1758)

Classification (Ordre : Ciconiiformes / Famille : Ciconiidés)

Description

Cigogne blanche Cigogne blanche

Collecté à Échiré (Deux-Sèvres) en 1874
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Plumage entièrement blanc, excepté l'extrémité des ailes, noire.
Queue blanche.
Long bec droit et affuté en forme de poignard rouge foncé.

Chant et cri

Rapides claquements de bec bien rythmés.
Sons rauques quand elle se pose au nid.

Habitat/Répartition/Comportement

Zones ouvertes et dégagées de cultures et pâturages, prairies humides et plaines bordant le cours des rivières, vergers et champs irrigués.

Régime alimentaire

Grenouilles, têtards, lézards, anguilles, vers de terre, couleuvres, poissons, sauterelles, mollusques, escargots, crustacés divers, poussins et œufs de petits oiseaux et petits mammifères.

 

Le saviez-vous ?

En utilisant les courants d'air chaud ascendants (grands thermiques), les cigognes peuvent atteindre une altitude en vol de 2 500 mètres.

Migration

Migrateur diurne hivernant principalement au sud du Sahara, entre le Sénégal et le Cameroun (mais plusieurs hivernent en France, Espagne et Afrique du Nord).
Privilégie le vol plané.
Niche en Europe, de l'Espagne à l'ouest de la Russie (absente en Grande-Bretagne et Scandinavie) ; en Afrique du Nord du Maroc à la Tunisie ; au Moyen-Orient en Turquie et dans le Caucase.

Migration prénuptiale : de février (en France) à début mai.
Migration postnuptiale : de fin juillet à début octobre.

Mars

Que se passe-t-il ?

Avec l'arrivée du printemps, c'est la période des grands retours !

Les oiseaux hivernant dans le nord de l'Afrique équatoriale reviennent en masse dans nos territoires : hirondelles, traquets motteux, gorgebleues à miroir, phragmites des joncs, fauvettes passerinettes et chevaliers aboyeurs, culblancs et combattants.
Canards souchets, pilets et sarcelles d'été sont visibles sur les étangs. Les migrateurs courte distance (Serins cini, rougequeue à front blanc, tariers pâtres, fauvettes à tête noire et pouillots véloces) quittent les bords de la Méditerranée en direction du nord de l'Europe.

En Europe du Nord, cygnes chanteurs puis canards siffleurs, plongeons, oies, sarcelles d'hiver… font leur apparition. Toutes les grues cendrées remontent d'Espagne en survolant la France.
Les milans et les balbuzards, de retour d'Afrique, croisent les éperviers originaires des pays nordiques.



Chant de la grue cendrée

Logo creative commons Source
Lars Lachmann

Grue cendrée

Grus grus (Linnaeus, 1758)

Classification (Ordre : Gruiformes / Famille : Gruidés)

Description

Grue cendrée Grue cendrée

Collecté en 1959
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Plumage gris ardoisé, avec des plumes noires ou noires bleuâtres.
Tache rouge, un morceau de peau nue au sommet de la calotte.
Haut du cou, gorge, front, nuque, pattes et doigts noirs.
Tache blanche des yeux jusque vers l'arrière du cou.
Long bec gris avec un peu de rougeâtre à la base.
Yeux rouges.

Chant et cri

« krooh » perçant et nasillard portant loin.

Habitat/Répartition/Comportement

Aire de reproduction : fondrières, landes de bruyères humides et marais d'eau douce peu profonds, ainsi que dans les forêts marécageuses. Aire d'hivernage : milieux plus secs.

Régime alimentaire

Omnivore.

 

Le saviez-vous ?

En France, le couloir principal de migration des grues cendrées n'est large que d'environ 200 km.

Il relie le nord de l'Alsace, la Lorraine et la Champagne-Ardenne à l'Aquitaine et les Hautes-Pyrénées en passant par la Bourgogne, le Centre, le nord-ouest de l'Auvergne et le Limousin.

Migration

Migrateur hivernant de l'Espagne et l'Afrique du Nord, à l'ouest, jusqu'en Chine, à l'est, en passant par l'Égypte, l'Iran et l'Inde, et jusqu'en Éthiopie au sud.
Les individus de la voie ouest-européenne hivernent principalement dans la péninsule Ibérique (surtout en Espagne).
Le vol est lent et puissant suivi d'un court vol plané.
Il se déplace souvent en grands groupes et en formation en V.
Niche dans le paléarctique, principalement de l'Allemagne et la Scandinavie, à l'ouest, à la Sibérie Orientale à l'est.

Migration prénuptiale : pour les grues hivernant en Espagne, principalement entre la mi-février et la mi-mars.
Migration postnuptiale : de mi-octobre à novembre.

Avril

Que se passe-t-il ?

En France, la plupart des migrateurs sont revenus et installés sur leur territoire à la fin du mois.

Les grues réapparaissent un peu partout en Russie. Cependant, certains migrateurs prennent encore leur temps. C'est le cas des pouillots fitis, hirondelles rustiques, pies-grièches écorcheurs et rousserolles verderolles qui franchissent tout juste l'Afrique de l'Est vers la mi-avril. Les oiseaux marins sont pratiquement tous installés dans leurs colonies mais les passages migratoires des plongeons arctiques et des puffins anglais au large des caps bretons sont encore visibles.



Chant du guépier d'Eupope

Logo creative commons Source
Rodolphe Alexis

Guépier d'Europe

Merops apiaster Linnaeus, 1758

Classification (Ordre : Coraciiformes / Famille : Méropidés)

Description

Guépier d'Europe Guépier d'Europe Mâle
Pds. 55 ; L. 27 ; Envergure 44
Collecté en Espagne en 1967
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Oiseau au plumage très coloré, brun jaunâtre sur le dessus et bleu-vert sur le dessous.
Menton et gorge jaunes, ainsi qu'une calotte brun roux, un front blanc et un masque noir sur son œil rouge.
Long bec noir arqué vers le bas.
Queue verdâtre sombre, assez longue.
Vol typique : très élégant grâce à ses longues ailes effilées, alternance de battements d'ailes rapides avec de longs glissés.

Chant et cri

Cri caractéristique : un « prrut » répété, doux et roulé, montant, émis pendant le vol et audible de loin.

Habitat/Répartition/Comportement

Affectionne les milieux ouverts, souvent près de l'eau.
Très grégaire, creuse un terrier et niche en colonies (parfois plusieurs centaines de couples) dans les berges, les talus et dans les sablières.

Régime alimentaire

Exclusivement insectivore.

 

Le saviez-vous ?

Lors de leur retour au printemps, les oiseaux inexpérimentés de certaines espèces comme le Guêpier d'Europe, se laissent emporter par des conditions climatiques favorables au-delà de leur site de reproduction le long de la Méditerranée, parfois jusqu'en Scandinavie.
Ce phénomène est appelé « overshooting ».

Migration

Grand migrateur, à travers la Méditerranée et le Sahara en Afrique de l'Ouest (du Sénégal au Ghana).
Migre souvent en groupe, de jour.
Migration prénuptiale : début avril, avec un pic début mai.
Migration postnuptiale : à partir de la mi-août avec un pic migratoire fin août/début septembre.

Mai

Que se passe-t-il ?

Les forêts boréales se repeuplent progressivement de passereaux de toutes sortes.

Dans l'extrême nord de la Sibérie, goélands bourgmestres, mouettes tridactyles puis bruants des neiges arrivent.

En France, la migration des rapaces s'achève par le grand spectacle des bondrées apivores, passant certains jours par milliers. Les martinets reviennent en début de mois, suivis par nos migrateurs les plus tardifs : rolliers d'Europe, pies-grièches écorcheurs et rousserolles verderolles.

À partir du 20 mai, les mouvements migratoires s'arrêtent presque entièrement. Tous les oiseaux n'ont plus qu'une préoccupation : se reproduire.



Cri de la bondrée apivore

Logo creative commons Source
Albert Lastukhin

Bondrée apivore

Pernis apivorus (Linnaeus, 1758)

Classification (Ordre : Accipitriformes / Famille : Accipitridés)

Description

Bondrée apivore Bondrée apivore Mâle
Pds. 730 ; L. 63 ; Env. 130
Collecté à Le Verdon (Gironde) en 1961
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Rapace de taille moyenne.
Plumage principalement brun-roux, avec trois barres espacées et sombres sur la queue qui est longue et mince.
Tête plutôt petite et étroite avec le bec pointu et crochu, et le bout noir.
Pattes jaunes et fortes ; doigts couverts d'écailles épaisses.
Mâle : tête grisâtre, yeux dorés.
Femelle : plus grande que le mâle avec la tête de couleur claire.

Chant et cri

Cri typique du mâle en vol : «  Ki-er  » ou «  pu-î-uh » haut et plaintif.

Habitat/Répartition/Comportement

Zones boisées de feuillus et de pins, vieilles futaies entrecoupées de clairières et zones bocagères.

Régime alimentaire

Insectes (guêpes adultes et larves) mais peut consommer aussi des petits rongeurs, des oeufs, des jeunes oiseaux, des grenouilles et des petits reptiles.

 

Le saviez-vous ?

Chaque année, environ 380 000 rapaces migrateurs franchissent le détroit de Gibraltar au printemps et en automne.
Parmi eux la bondrée apivore et le milan Noir sont les plus communs.

Migration

Rapace migrateur hivernant en Afrique tropicale.
Son séjour en Europe ne dure environ que quatre mois, ne lui laissant que le temps nécessaire pour nicher.
Passe la plus grande partie de son existence en Afrique.
Trajet migratoire en groupe de plusieurs dizaines d'individus, utilisant le vol plané et le vol battu.
Traverse la Méditerranée principalement par ses parties étroites (Gibraltar, détroit du Bosphore et Messine, Sicile, où elle est le seul rapace à passer en nombre important).

Migration prénuptiale : dès avril, avec un pic en mai.
Migration postnuptiale : dès août, avec un pic en septembre.

Juin

Que se passe-t-il ?

Seules de rares espèces continuent de transiter à travers la France : rousseroles effarvattes, turdoïdes et hypolaïs polyglottes. Les bécasseaux sanderling n'ont pas tous regagnés la Sibérie tandis que les bernaches cravant s'installent enfin dans la toundra sibérienne au milieu du mois pour pondre.

Dès la fin du mois, en mer, macreuses noires venues des mers boréales passent par centaines le long des côtes en direction de leur site de mue (renouvellement du plumage).

Elles croisent les tadornes de Belon qui s'envolent pour la même raison dans le sens inverse.



Chant du tadorne de Belon

Logo creative commons Source
Patrik Åberg

Tadorne de Belon

Tadorna tadorna (Linnaeus, 1758)

Classification (Ordre : Ansériformes / Famille : Anatidés)

Description

Tadorne de Belon Tadorne de Belon Femelle
P. 735 ; L. 55 ; E. 100
Collecté dans le quartier de Saint-Ligaire (Niort, Deux-Sèvres) en 1954
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Canard de taille intermédiaire au plumage très contrasté, essentiellement blanc avec tête et cou noirs à reflets métallisés.
Large bande rousse circulaire au niveau de la poitrine et du haut du dos. Larges bandes noires de chaque côté du dos et sur le ventre.
Bec rouge, pattes roses à rougeâtres.
Femelle plus petite que le mâle, avec taches claires sur les joues ou à la base du bec.
Mâle : tubercule rouge surmontant la base du bec à la fin de l'hiver et au printemps.

Chant et cri

Cancannements rapides relativement peu sonores « ak-ak-ak ».

Habitat/Répartition/Comportement

Espèce paléarctique, distribuée depuis l'ouest de l'Europe jusqu'au nord-ouest de la Chine.
Présent toute l'année en France (littoral du Nord au bassin d'Arcachon et zones humides littorales méditerranéennes).

Régime alimentaire

Invertébrés.

 

Le saviez-vous ?

À partir du mois de juin et jusqu'en août, les Tadornes de Belon migrent vers le nord en direction de leur site de mue en mer des Wadden en Allemagne.

Migration

En Europe le tadorne est un migrateur partiel.
La particularité de cette espèce est qu'elle effectue une migration de mue (changement de plumage) regroupant des adultes nicheurs et des non-reproducteurs.

Migration prénuptiale : à partir de novembre pour les adultes, alors que les oiseaux de première année arrivent en avril sur les sites d'hivernage.
Migration postnuptiale : entre la fin juin et la mi-octobre.

Juillet

Que se passe-t-il ?

En Europe, la plupart des oiseaux soufflent un peu, certains en profitent pour renouveler leur plumage. La nature paraît figée, les oiseaux chantent peu. Cependant pour certains d'entre eux, la migration a déjà commencée. C'est le cas pour les chevaliers (aboyeur, combattant et culblanc), venus d'Europe du Nord et de Russie, qui font halte dans nos marais en direction de l'Afrique.

En France, certains nicheurs nous quittent déjà. Les milans noirs franchissent les Pyrénées et les martinets noirs désertent nos villes. Certains jours, plusieurs dizaines de milliers d'entre eux peuvent être observés en vol.



Chant du martinet noir

Logo creative commons Source
David Farrow

Martinet noir

Apus apus (Linnaeus, 1758)

Classification (Ordre : Apodiformes / Famille : Apodidés)

Description

Martinet noir Martinet noir Mâle
Pds. 46 ; L. 17 ; Env. 37
Collecté à Faye-sur-Ardin (Deux-Sèvres) en 1951
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Reconnaissable en vol, grâce à sa tête courte, à ses longues ailes effilées tenues en arrière et à sa queue relativement longue lui donnant cette silhouette en forme d'arbalète caractéristique.
Plumage adulte brun très foncé, presque noir avec une tache blanche au niveau de la gorge.
Vole constamment (pattes trop courtes pour se poser et redécoller) à coups d'ailes frénétiques, amples alternant avec de longs planés tranquilles contre le vent.

Chant et cri

Petits cris prolongés et perçants « sri… sri… scriiii ».

Habitat/Répartition/Comportement

Villes, villages et ruines dans presque toute l'Europe.
Mode de vie presque exclusivement aérien.

Régime alimentaire

Chasse sans relâche les insectes en vol, souvent en compagnie d'hirondelles.

 

Le saviez-vous ?

Pour les Martinets noirs la migration s'effectue en groupe et sans halte : se nourrir, dormir et s'accoupler se fait en volant.
Ils ne se posent qu'au nid.

Migration

Migrateur transsaharien, le martinet noir hiverne en Afrique centrale et du Sud.
Migration prénuptiale : entre fin mars et mi-avril.
Migration postnuptiale : de la fin juillet jusqu'à la mi-août.

Août

Que se passe-t-il ?

En août, presque tous les oiseaux symbolisant l'été européen sont en train de partir et le grand défilé migratoire commence.

Fauvettes grisettes, hypolaïs, pouillots fitis, gobemouches, rossignols, pipits des arbres, coucous et loriots vont gagner l'Afrique.

Le départ se poursuit pour les milans noirs bientôt imités par les bondrées apivores. Les chaudes journées sont propices au départ des planeurs comme les éperviers et les busards cendrés.

Certaines espèces achèvent leur reproduction et profitent du passage de nombreux migrateurs pour se nourrir.



Chant du phragmite des joncs

Logo creative commons Source
Niels Krabbe

Phragmite des joncs

Acrocephalus schoenobaenus Linnaeus, 1758

Classification (Ordre : Passériformes / Famille : Acrocephalidés)

Description

Phragmite des joncs Phragmite des joncs Femelle
Pds. 11 ; L. 12,3 ; Env. 19
Collecté à Niort (Deux-Sèvres) en 1962
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Tête assez plate terminée par un bec fin avec une calotte striée de noir et sourcils blancs bien visibles chez l'adulte.
Gorge claire et joues sombres.
Dessus brun-olive dégradé jusqu'au croupion brun, dessous blanc et flancs roux avec les pattes brun-rougeâtre.
Queue courte en pointe.

Chant et cri

Cris brefs « Tsèck » explosifs, répétés en séries en cas d'alarme.
« Kerrr » en crécerelles rauques.
Chant long et varié, avec des notes mélodieuses, et imitations d'autres passereaux.

Habitat/Répartition/Comportement

Végétation touffue des zones humides, phragmitaies, grands joncs, saulaies des bords de cours d'eau, buissons marécageux, fossés et canaux avec des herbes ou des roseaux.
En France, bien représenté au nord-ouest d'une ligne allant de Bordeaux à Sarrebourg.

Régime alimentaire

Essentiellement insectes et araignées.

 

Le saviez-vous ?

Avant la grande traversée de la mer Méditerranée, le phragmite des joncs profite des haltes migratoires pour se gaver de pucerons allant jusqu'à augmenter son poids de 12% chaque jour.

Migration

Totalement migrateur, hivernant au sud du Sahara, du Sénégal à l'Éthiopie, et jusqu'à l'Afrique du
Sud et la Namibie.
Les mouvements migratoires s'effectuent de nuit.
Les adultes sont extrêmement fidèles à leur site de halte migratoire.

Migration prénuptiale : dès mars, avec un pic entre le 15 avril et le 15 mai.
Migration postnuptiale : dès fin juillet, pour culminer autour du 15 août. Le dernier pic a lieu début septembre.

Septembre

Que se passe-t-il ?

Dans l'extrême nord de la Sibérie, les dernières mouettes tridactyles n'attendent pas le retour des bernaches cravant pour partir. Cigognes, balbuzards et aigles bottés se dirigent vers Gibraltar.

Le cortège des passereaux migrateurs transsahariens se poursuit et s'achève. Pour beaucoup d'espèces, septembre est le mois de la migration des jeunes oiseaux, tant chez les passereaux que chez les limicoles. C'est également le grand départ des hirondelles rustiques et des hirondelles de fenêtre.

Le mouvement des migrateurs de courte distance s'amorce dès la mi-septembre.



Cri de la sterne artique

Logo creative commons Source
Robin Carter

Sterne artique

Sterna paradisaea Pontoppidan, 1763

Classification (Ordre : Charadriiformes / Famille : Laridés)

Description

Sterne artique Sterne artique Juvénile
Pds. 87
Collecté à La Tranche-sur-Mer (Vendée) en 1958
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

De taille moyenne, coloration globalement gris clair avec un fin trait noir à l'extrémité des ailes et une queue en V effilée.
Tête petite et arrondie, avec des joues blanches, un bec court rouge vif et une calotte noire.
Pattes courtes et rouge foncé.

Chant et cri

Très bruyante, « kî-kî-kî » montants, plaintifs et répétitifs.

Habitat/Répartition/Comportement

Habitats côtiers.
Niche sur les îles et les îlots côtiers bas de l'Europe du Nord.
Parfois à l'intérieur des terres dans la toundra, sur des rochers couverts de lichens, sur des tourbières, en prairies humides pâturées, en bordure de lac.

Régime alimentaire

Petits poissons, plancton, petits crustacés et insectes.

 

Le saviez-vous ?

Migratrice exceptionnelle, la Sterne arctique peut parcourir plus de 70 000 km lors de son voyage aller-retour du Groenland jusqu'à la mer de Weddell en Antarctique.

Migration

Hiverne en Afrique australe, en Australie et en Antarctique.
Voyage migratoire en quatre mois environ pouvant couvrir plusieurs dizaines de milliers de kilomètres.
Migratrice au long court, sur l'ensemble de son cycle biologique, l'espèce accomplit un périple migratoire en forme de huit à travers l'Atlantique qui se situe parmi les plus longs observés chez les oiseaux.

Migration prénuptiale : entre mai et juin.
Migration postnuptiale : de fin juillet à début octobre.

Octobre

Que se passe-t-il ?

La plupart des migrateurs transsahariens se sont installés sur leur territoire d'hivernage africains.

En Europe, c'est le mois des migrateurs courte distance, qui hivernent au nord du Sahara. Beaucoup d'entre eux migrent en journée et sont facilement observables : alouettes, pipits farlouses, bergeronnettes grises, pinsons des arbres et chardonnerets élégants. Le grand passage des grives et des merles commence, tout comme celui des pigeons ramiers.

Les rapaces, milans royaux, buses variables et éperviers sont également occupés à migrer.
En mer, grands labbes, mouettes tridactyles, pingouins, fous de Bassan et bernaches cravant sont observables. De grands vols de grues cendrées traversent le pays.

Octobre est aussi le mois de la migration des ornithologues curieux d'observer tous ces mouvements.



Chant du tichodrome échelette

Logo creative commons Source
Frank Lambert

Tichodrome échelette

Tichodroma muraria (Linnaeus, 1766)

Classification (Ordre : Passériformes / Famille : Tichodromidés)

Description

Tichodrome échelette Tichodrome échelette Femelle
Pds. 15 ; L. 16 ; Env. 29
Collecté à Saint-Symphorien (Deux-Sèvres) en 1968
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Petit oiseau montagnard aux larges ailes arrondies avec de grandes taches rouge carmin et de gros points blancs.
Dessus gris.
Menton, gorge et poitrine noirs en été et blanchâtres en hiver.
Long bec fin et légèrement courbe.
Queue gris-noir tachetée de blanc.

Chant et cri

Sifflement clair et montant « tuî-tih » ou « trui-tih ».
Chant sonore et mélodieux.

Habitat/Répartition/Comportement

Gorges, falaises et parois escarpées en montagne entre 400 et 2500 m d'altitude.
En hiver, altitudes plus faibles sur de vieux édifices ou des rochers dans les plaines.
Niche dans la plupart des chaînes montagneuses du Paléarctique, de l'extrême Ouest à l'Himalaya (Pyrénées et Alpes pour la France).

Régime alimentaire

Insectes, araignées et autres invertébrés.

 

Le saviez-vous ?

Le Tichodrome échelette est un migrateur transhumant (ou altitudinal) : en avril, il quitte son site d'hivernage dans la vallée pour regagner les altitudes élevées des massifs montagneux.

Migration

À l'automne, souvent début octobre, il effectue sa transhumance vers des altitudes plus basses.
La désertion des sites d'hivernage s'effectue dès le mois de février jusqu'en avril.
Le vol est onduleux et assez capricieux à la manière des papillons.

Il se déplace le plus souvent seul.

Novembre

Que se passe-t-il ?

Toute la population de grues cendrées du nord de l'Europe achève son survol de la France. Il est également possible d'observer le passage des oies. L'activité migratoire est surtout intense en mer. Plongeons, pingouins et guillemots survolent la mer du Nord et la Manche tandis que mouettes rieuses et goélands venus du nord viennent dans les ports.

De nombreux migrateurs orientaux rejoignent le sud de l'Afrique : faucons crécerellettes, martinets noirs, gobemouches gris, hirondelles de fenêtre et de rivage, loriots d'Europe, fauvettes des jardins, pies-grièches à poitrine rose et écorcheurs, cigognes blanches et fauvettes grises, hypolaïs ictérines et phragmites des joncs.



Cri du guillemot de Troïl

Logo creative commons Source
Andrew Spencer

Guillemot de Troïl

Uria aalge (Pontoppidan, 1763)

Classification (Ordre : Charadriiformes / Famille : Alcidés)

Description

Guillemot de Troïl Guillemot de Troïl Femelle
P. 625 ; L. 44 ; E. 69
Collecté à Hendaye (Pyrénées-Atlantique) en 1960
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 
Guillemot de Troïl Guillemot de Troïl Femelle
P. 480 ; L. 42 ; E. 67
Collecté à l'Aiguillon-sur-mer (Vendée) en 1965
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

En hiver : joues (avec sourcil noir) et dessous blancs, calotte et masque noirs sur les yeux, ailes noires avec une barre alaire blanche, dos et croupion noirs, bec noir long et pointu.
En été : joues et gorge noires.

Chant et cri

Très bruyant dans les colonies.
Cris assez graves rappelant des croassements.

Habitat/Répartition/Comportement

Oiseau pélagique (vivant en pleine mer) septentrional (du Nord).
Son cycle biologique se déroule majoritairement en haute mer.
Seule la reproduction le contraint à se rendre sur la terre ferme.
Niche sur les corniches rocheuses des côtes continentales et insulaires : Grande-Bretagne, Islande, Scandinavie, France...

Régime alimentaire

Poissons (hareng, morue, merlan, maquereau...).

 

Le saviez-vous ?

Les Guillemots de Troïl occupant l'hémisphère nord pratiquent souvent une migration « rampante » : ils se laissent volontiers dériver sur 1 000 km par les courants marins pour accroître leur vitesse.

Migration

Espèce grégaire par excellence, caractérisée par une fidélité au partenaire et au site de reproduction.
Niche généralement en très vastes colonies.
Le vol est battu très rapide et direct, le plus souvent au ras de l'eau.

Migration prénuptiale : dès la fin du mois d'octobre en Manche et dans le golfe de Gascogne.
Migration postnuptiale : de juillet à octobre.

Décembre

Que se passe-t-il ?

En Europe et en Afrique de l'Ouest, les oiseaux hivernant sont presque tous installés.

Les mouvements migratoires dépendent essentiellement de la météo. Certaines vagues de froid en Europe du Nord peuvent pousser certaines espèces plus au sud.
En mer, le flux des oiseaux diminue mais le plongeon catmarin continue sa migration.
De nouveaux migrateurs atteignent le sud de l'Afrique : busards cendrés, faucons hobereaux, coucous, rolliers d'Europe, rousseroles turdoïdes, hypolaïs des oliviers et rousserolles verderolles.



Chant du coucou gris

Logo creative commons Source
Wouter Halfwerk

Coucou gris

Cuculus canorus Linnaeus, 1758

Classification (Ordre : Cuculiiforme / Famille : Cuculidés)

Description

Coucou gris Coucou gris Mâle, juvénile
P. 112 ; L. 34 ; E. 59
Collecté à Niort (Deux-Sèvres) en 1956
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Aspect élancé dû à la longueur de sa queue et à ses ailes grises marquées de taches claires.
Plumage gris cendré uniforme, avec le ventre blanc finement strié de noir.
Yeux bruns avec oculaire jaune.
Bec fin et pointu ; pattes courtes et jaunes.

Chant et cri

Chant grave et monotone largement connu (mâle) « ku-koo ».
Gloussement sonore en cascade (femelle).

Habitat/Répartition/Comportement

Oiseau calme et discret, assez farouche et souvent difficile à observer.
Aire de reproduction très vaste, couvrant la quasi-totalité de l'Europe et de l'Asie.
En France, niche pratiquement partout, des îles bretonnes jusqu'à la limite supérieure des zones boisées en montagne.

Régime alimentaire

Insectes, larves.

 

Le saviez-vous ?

Le Coucou gris migre seul dès la première année.
Pour lui, le trajet migratoire est totalement inscrit dans les gènes.

Migration

Totalement migrateur, hiverne au sud de l'Équateur dans les savanes tropicales et dans l'est de l'Afrique, jusqu'en Afrique australe.
Migre seul par vols directs sur de grandes distances pouvant atteindre 3 000 km.

Migration prénuptiale : de la fin mars (dans le sud de la France) à la fin avril (dans le nord).
Migration postnuptiale : de la fin juillet jusqu'à début septembre.

Observation en Deux-Sèvres