Outarde barbue

Otis tarda Linnaeus, 1758

Classification (Ordre : Gruiformes / Famille : Otididés)

Description

Ourtarde barbue Ourtarde barbue

Collecté à Aiffres (Deux-Sèvres) entre 1879 et 1880
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice complète dans un nouvel onglet
 

Plumage brun jaunâtre sur le dos et le dessus des ailes.
Ventre et dessous des ailes entièrement blanc.
Gris du cou plus prononcé chez les mâles.
Parmi les oiseaux volants les plus lourds du monde (les plus gros mâles peuvent atteindre un poids de 17 kg).

Habitat/Répartition/Comportement

Environnement de plaine Environnement de plaine Photo : Xavier Fichet (cliquer pour aggrandir) Environnement de plaine Photo : Xavier Fichet  

Grandes plaines et steppes naturelles.

Espèce disparue dans plusieurs régions de France à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.
Aujourd'hui, seuls quelques individus venant des îles Britanniques (et issus d'un programme de réintroduction), s'égarent en France. Il est aussi possible d'en voir, venant probablement d'Espagne, atteindre le piémont pyrénéen.

Régime alimentaire

Herbe, fruits, graines, insectes et petits sauriens.

 

Migration

Carte de la migration de l'outarde barbue Carte de la migration de l'outarde barbue Carte de la migration de l'outarde barbue Avec l'aimable autorisation de l'observatoire ornithologique des Deux-Sèvres  

L'outarde barbue n'est pas une espèce migratrice à proprement parler. Elle se déplace en groupe de plusieurs dizaines d'individus en fonction des conditions météorologiques et des ressources alimentaires.
Se contente de se déplacer d'un site favorable à l'autre.

Présence en Deux-Sèvres

Espèce disparue depuis la fin du XIXe siècle.

Statuts/Menaces/Protection

Ourtarde barbue Ourtarde barbue Ourtarde barbue

Collecté à Aiffres (Deux-Sèvres) en 1879_1880
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice complète dans un nouvel onglet
 

Espèce protégée, classée « éteinte » sur la liste rouge des oiseaux nicheurs de France métropolitaine.
La population du Paléarctique occidental est estimée entre 31 000 et 36 000 individus, dont la majorité se trouve en Espagne (environ 23 000 individus). Viennent ensuite les populations de Russie, d'Hongrie et d'Ukraine.
La principale cause du déclin de l'outarde barbue en Europe est l'intensification de l'agriculture. La chasse a aussi pu jouer un rôle non négligeable.
Des programmes de réintroduction sont menés actuellement en Angleterre, en Allemagne et en Espagne.