Chant de l'outarde canepetière

Logo creative commons Source
Jacques Prévost

Outarde Canepetière

Tetrax tetrax (Linnaeus, 1758)

Classification (Ordre : Gruiformes / Famille : Otididés)

Description

Outarde canepetière Outarde canepetière Mâle
P. 920 ; L. 44 ; E. 87
Collecté à Saint-Pompain (Deux-Sèvres) en 1961
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice complète dans un nouvel onglet
 

Long cou et longues pattes puissantes adaptées à la marche.
À distance, son vol s'apparente à celui d'un canard et son chant bref et sec est peu mélodieux. Ces deux particularités sont à l'origine de son nom de « canepetière ».
Mâle : en période nuptiale, cou noir volumineux avec un motif blanc en « V » sur la gorge, ventre clair et dos brun-chamois plus ou moins ponctué de taches noires.
Femelle : plumage plutôt vermiculé, élégamment tacheté et très mimétique.

Habitat/Répartition/Comportement

Environnement de zone « ouverte » (openfield) Environnement de zone « ouverte » (openfield) Photo : Victor Turpaud-Fizzala (cliquer pour aggrandir) Environnement de zone « ouverte » (openfield) Photo : Victor Turpaud-Fizzala  

Espèce d'origine steppique, elle apprécie les zones « ouvertes » (openfield) et nidifie dans les couverts herbacés (milieu prairial) en zone de plaine agricole.

L'espèce établit des leks, sorte de communauté de mâles hiérarchisée autour d'une arène centrale où les femelles viennent observer et choisir les reproducteurs les plus démonstratifs lors de spectaculaires « parades sautées » (saut associé à un chant avec des battements d'ailes exposant ses couleurs blanc et noir).

Régime alimentaire

Principalement herbivore avec également des invertébrés en période de reproduction.

 

Migration

Carte de la migration de l'outarde canepetière Carte de la migration de l'outarde canepetière Carte de la migration de l'outarde canepetière Avec l'aimable autorisation de l'observatoire ornithologique des Deux-Sèvres  

Arrivée sur les sites de nidification d'avril à mai, parfois dès le mois de mars.
À la fin de la période de reproduction, l'espèce forme des rassemblements postnuptiaux pour préparer sa migration vers ses quartiers d'hiver en Espagne et au Portugal.
Grâce à l'utilisation de balises Argos, on sait dorénavant que l'Outarde canepetière réalise sa migration d'une seule traite – et en quelques heures -, principalement en octobre, et exclusivement pendant la nuit.

Présence en Deux-Sèvres

De mars à octobre, 88 mâles chanteurs en 2012.

Statuts/Menaces/Protection

Outarde canepetière Outarde canepetière Photo : Fabrice et Nadège Conort (cliquer pour aggrandir) Outarde canepetière Photo : Fabrice et Nadège Conort  

La population de l'ouest de la France connaît un déclin catastrophique depuis les années 1980 (-95% entre 1980 et 2008, source PNA 2011-2015).
L'outarde canepetière disparaît au même rythme que le milieu prairial (jachères, prairies de fauche de légumineuses et graminées) et les exploitations d'élevage garantes de ce paysage riche en mosaïque.
Le statut alarmant de l'outarde canepetière a nécessité la réalisation de deux programmes européens « LIFE » successifs et la désignation de Zones de Protection Spéciales (ZPS) au sein du réseau « Natura 2000 » (4 ZPS en Deux-Sèvres), puis la mise en place d'un Plan National d'Actions 2011-2015.