Chant du phragmite des joncs

Logo creative commons Source
Niels Krabbe

Phragmite des joncs

Acrocephalus schoenobaenus Linnaeus, 1758

Classification (Ordre : Passériformes / Famille : Acrocephalidés)

Description

Phragmite des joncs Phragmite des joncs Femelle
Pds. 11 ; L. 12,3 ; Env. 19
Collecté à Niort (Deux-Sèvres) en 1962
Collection du musée Bernard d'Agesci à Niort.
Ouverture de la notice de ce spécimen dans un nouvel onglet
 

Tête assez plate terminée par un bec fin avec une calotte striée de noir et sourcils blancs bien visibles chez l'adulte.
Gorge claire et joues sombres.
Dessus brun-olive dégradé jusqu'au croupion brun, dessous blanc et flancs roux avec les pattes brun-rougeâtre.
Queue courte en pointe.

Chant et cri

Cris brefs « Tsèck » explosifs, répétés en séries en cas d'alarme.
« Kerrr » en crécerelles rauques.
Chant long et varié, avec des notes mélodieuses, et imitations d'autres passereaux.

Habitat/Répartition/Comportement

Végétation touffue des zones humides, phragmitaies, grands joncs, saulaies des bords de cours d'eau, buissons marécageux, fossés et canaux avec des herbes ou des roseaux.
En France, bien représenté au nord-ouest d'une ligne allant de Bordeaux à Sarrebourg.

Régime alimentaire

Essentiellement insectes et araignées.

 

Le saviez-vous ?

Avant la grande traversée de la mer Méditerranée, le phragmite des joncs profite des haltes migratoires pour se gaver de pucerons allant jusqu'à augmenter son poids de 12% chaque jour.

Migration

Totalement migrateur, hivernant au sud du Sahara, du Sénégal à l'Éthiopie, et jusqu'à l'Afrique du
Sud et la Namibie.
Les mouvements migratoires s'effectuent de nuit.
Les adultes sont extrêmement fidèles à leur site de halte migratoire.

Migration prénuptiale : dès mars, avec un pic entre le 15 avril et le 15 mai.
Migration postnuptiale : dès fin juillet, pour culminer autour du 15 août. Le dernier pic a lieu début septembre.