Un monde de migrations

À chaque instant sur la planète Terre, des animaux entreprennent de longs voyages. Au fil des saisons, ils se déplacent pour se nourrir, trouver des partenaires ou se protéger des rigueurs du climat.
Papillons monarques d'Amérique, crabes rouges de l'île de Christmas, chauves-souris d'Australie, fourmis du Costa Rica, éléphants du Mali, méduses d'Indonésie, gnous d'Afrique, grands requins blancs, zèbres, plancton microscopique... tous, poussés par leur instinct, doivent obéir à cet impératif besoin de migrer.

Papillon monarque

Papillons monarques

Dès la fin de l'été, une centaine de millions de papillons monarques venus du Canada migrent vers les forêts de l'État du Michoacân au Mexique, où ils hiverneront jusqu'en mars.
Pesant moins d'un demi-gramme, le monarque vole jusqu'à 100 kilomètres par jour. Au total, en deux mois, il aura ainsi parcouru quelque 5000 kilomètres: c'est la migration annuelle la plus longue jamais observée chez un insecte.

Crabe rouge

Crabes rouges

Il existe diverses espèces de crabes rouges. Celle présente à l'île Christmas (Australie), l'espèce terrestre Gecarcoidea natalis, livre un spectacle impressionnant chaque année. Au mois d'octobre, lorsque débute la saison des pluies, environ 40 millions de crabes quittent la forêt, traversent les routes pour effectuer leur migration annuelle en direction de l'océan Indien pour y déposer leurs œufs. Deux mois plus tard, les mères et leurs nouveau-nés empruntent le chemin inverse pour regagner la forêt.
Le voyage n'est pas sans risque, 425 000 crabes sont écrasés chaque année par les voitures.

Fourmis

Fourmis

Au Costa Rica (Amérique du Sud), les fourmis migrent en transportant soigneusement les 200 000 larves pondues par leur reine. Ces fourmis peuvent parcourir 400 mètres chaque nuit, avant de s'installer provisoirement sur un site de halte pour passer la journée.
Au bout de 2 à 3 semaines de déplacement, elles estiment avoir laissé leur précédent nid suffisamment loin derrière elles pour pouvoir se permettre d'installer une nouvelle base permanente. En se déplaçant régulièrement de cette manière, elles assurent à chaque parcelle de jungle la possibilité de se régénérer.

Plantes

Plantes

Les végétaux dépendent en grande partie du climat du milieu dans lequel ils sont implantés. Les changements de climats régionaux de plus en plus rapides poussent certaines espèces à se déplacer pour retrouver un climat favorable à leur survie. Si les déplacements des animaux paraissent évidents, les espèces végétales peuvent aussi se déplacer.
Les troncs descendant les fleuves à l'occasion d'une inondation par exemple peuvent naturellement transporter des dizaines d'espèces de plantes et lichens et des centaines d'espèces d'invertébrés et microorganismes sur des distances parfois importantes et jusqu'en mer. Les plantes qui sont déjà en train de pousser dans le bois en décomposition, profitent de l'humidité et de la lumière reflétée par l'eau.

Sardines

Sardines

De gigantesques bancs de sardines offrent chaque année, entre mai et juillet, un spectacle appelé Sardine Run. Malgré les dangers, l'instinct de reproduction des sardines leur dicte de retourner pondre dans la zone où elles-mêmes sont nées, au large de Durban en Afrique du Sud. Tout au long de cette grande migration vers le nord, depuis le Banc des Aiguilles jusqu'au large de Durban, elles sont attaquées sans relâche par toutes sortes de prédateurs: oiseaux, requins, thons, pêcheurs ...

Méduses

Méduses

Les méduses dorées vivant dans le lac de Palau (île des Philippines) migrent chaque jour pour suivre les rayons du soleil. Les méduses ont besoin de la lumière pour maintenir en vie les zooxanthelles -algues- présentes dans leurs tissus. La nuit, les méduses descendent dans les profondeurs du lac, pour permettre aux algues de trouver les éléments nutritifs nécessaires à  leur survie. Pendant la journée, les méduses reviennent à la surface et suivent le soleil sur le lac dans une migration massive. Les algues convertissent grâce à la photosynthèse l'énergie du soleil en un sucre dont se nourrissent les méduses.

Zooplancton

Zooplancton

Le zooplancton effectue une migration verticale liée à l'alternance jour/nuit. Dans la journée, les copépodes, groupe de petits crustacés vivant dans l'eau de mer et constituant la base du zooplancton, descendent en profondeur pour échapper aux prédateurs. La nuit, ils remontent en surface pour se nourrir du phytoplancton abondant. Ces migrations sont possibles grâce à leur œil photorécepteur: la lumière déclenchant leur migration.
Il s'agit de la plus importante des migrations en termes de biomasse et de régularité pour ces crustacés minuscules pouvant constituer jusqu'à 60% de la biomasse du zooplancton océanique.

Anguilles

Anguilles

Pour se reproduire, l'anguille européenne entreprend une des migrations les plus longues observées dans le milieu marin. Elle parcourt sans relâche les quelque 5 000 km qui séparent l'Europe de son site de frai, la mer des Sargasses, au sud des Bermudes et au large des Bahamas. Bien que les mouvements migratoires de l'anguille adulte aient déjà été documentés en eaux côtières du plateau continental, la portion du trajet en haute mer restait jusqu'à tout récemment encore inconnue du monde scientifique.

Saumons

Saumon

Le saumon est un poisson migrateur qui va séjourner dans différents endroits tout au long de sa vie. Il naît tout d'abord dans une rivière rapide aux eaux fraîches et oxygénées dont le fond est plutôt tapissé de cailloux et de galets. Il migre ensuite à l'âge de 1 ou 2 ans vers le cercle polaire nord au large du Groenland, puis revient dans la rivière qui l'a vu naître pour pondre.

Baleines à bosses

Baleines à bosse

La plupart des baleines font de longues migrations.
Les cétacés à fanons, les mysticètes, sont les plus grands voyageurs. Ils effectuent surtout des trajets nord-sud, passant de la zone d'eau froide, où ils se nourrissent en été, à la zone tropicale ou tempérée où ils vont se reproduire en hiver.
Des chercheurs américains ont étudié la baleine à bosse, qui effectue une migration de près de 8 000 km. Partant de l'Antarctique, au sud du Cap Horn, où elle est venue s'alimenter, elle rejoint les côtes de l'Amérique centrale, au large des côtes de la Colombie.

Zébres et gnous

Gnous et zébres

Les plaines parsemées d'acacia du Serengeti sont le foyer d'un des plus grands spectacles naturels du monde : la Grande Migration. Plus d'un million de gnous et des centaines de milliers de zèbres et de gazelles quittent la plaine du Serengeti en Tanzanie (Afrique de l'Est) pour suivre les pluies saisonnières en janvier. Les troupeaux prennent la direction du nord pour trouver des contrées plus verdoyantes dans le nord du Serengeti et du Massaï Mara en juillet et restent jusqu'à novembre, moment où ils se dirigent de nouveau vers le sud.

Éléphants

Éléphants

La région de Gourma au Mali (Afrique de l'Ouest) connaît une saison unique de pluies par an. La majeure partie des précipitations annuelles tombe entre fin juin et fin août suivie par une saison sèche de huit à dix mois.
Afin de subvenir à leur besoin alimentaire, les éléphants du Mali ont développé une stratégie nomade qui comprend un circuit de migration unique de 600 km leur permettant de faire face à la grande dispersion et à la variabilité des ressources du Gourma. Le domaine vital des éléphants du Gourma est très étendu et leur route de migration située dans la boucle du fleuve Niger est la plus importante connue à ce jour pour cette espèce.

Morses

Morses

Les morses sont des mammifères extrêmement sociaux qui vivent en gigantesques colonies. À l'approche de l'hiver, ils quittent les zones froides de l'Arctique pour une destination plus chaleureuse. Les femelles morses qui vivent en Alaska, dans la mer de Béring, quittent ce site pour pouvoir effectuer leur parturition (accouchement) dans les eaux de la mer des Tchouktches (nord-est de la Russie). C'est la migration du printemps.

Antilopes

Antilopes

Chaque année, en juin et en juillet les antilopes du plateau Qinghai-Tibet traversent des montagnes et des rivières. Au bout de plus d'un mois plein de peines et de difficultés, elles arrivent au bord du lac de Zhuonai, la destination finale de leur longue migration où elles donnent naissance à leurs petits.