À l’aide d’un matériel de type chirurgical (scalpel,…), le taxidermiste sépare la peau (les plumes restant fixées à celle-ci) du corps de l’oiseau.

L’attache, à la base du bec, de la peau et du crâne ainsi que la structure du squelette des ailes et les pattes sont conservées. Le crâne, qui sera utilisé, est soigneusement débarrassé des chairs, des globes oculaires et de son encéphale.
Les muscles, les graisses et les entrailles sont obligatoirement, de par la loi et les contraintes sanitaires, cédées à l’équarrissage.

Le taxidermiste obtient donc une peau comprenant les plumes, les ailes, les pattes, le bec et le crâne.


 La taxidermie... : Dépouillage 2/2

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org