Dans le cadre d’un travail pour un muséum, la posture de l’animal est déterminée par la scénographie qu’il intégrera. S’il s’agit de la restauration d’un animal, il conservera sa position initiale. Ainsi, il était fréquent au 19e siècle de présenter les oiseaux sur de simples perchoirs. La présentation de ces derniers se voulait alors exhaustive, sans craindre la surcharge.Aujourd’hui, cette représentation a évolué : l’animal doit être présenté dans sa position la plus naturelle possible même s’il est fréquent de réaliser des montages spéciaux (groupes d’oiseaux en vol, montage sur socle intégrant une scénographie, diorama…) dans le cadre d’expositions temporaires.

L’animal naturalisé devra être conservé dans des conditions d’hygrométrie (entre 45 et 60 pour cent), de lumière (qui brûle et décolore le plumage) et de température contrôlées.


 La taxidermie... : Montage 5/5

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org