Restauration des sommiers
La restauration de l'orgue à cylindre d'Airvault (page 2 de 3)

Le sommier principal est en chêne, d'origine (hormis la rangée supérieure de soupapes) et situé à mi-hauteur de l'instrument.

La laye présente deux rangées de soupapes : celle du dessus est actionnée par le mécanisme de lecture des cylindres, celle du dessous par le clavier manuel.

 

Lors de la seconde restauration, il a été constaté un débit d'air insuffisant au niveau de la rangée inférieure des soupapes. L'atelier Alain Faye a donc démonté la laye afin d'accéder aux perces qui, sous-dimensionnées, ont dû être agrandies favorisant le débit d'air.

 

Les quatre registres repris lors de la première restauration de 2003, sont déjà vermoulus. Ils ont du être entièrement refaits en chêne, de même que les faux registres.

Le sommier principal supporte quatre registres : le bourdon, le prestant, la flûte et le cromorne. Il alimente le sommier supérieur par l'intermédiaire de postages en carton. Lors de la précédente restauration, les tubes de postage avaient été refaits en un papier bleu qui s'est révélé trop fin. Les postages selon les ateliers de Mirecourt étaient fabriqués dans un papier cartonné plus épais donc plus fort.

 

La nouvelle restauration a donc permis de refaire entièrement les tubes de postage.

Le sommier supérieur datait de 2003. Comme pour le sommier principal, les registres ont été refaits en chêne, les perces ont également été modifiées.

Détail de la chape avant restauration Illustration de fond de page : Détail de la chape avant restauration
Mention légale de l'image (nouvel onglet)