Le monde perdu des références de l'école primaire 1948-1968.

 

 

Les rôles sociaux

Le repas du soir à la campagne

Le repas du soir à la campagne

Voir l'animation flash

La composition d'Hélène Poirié pour les éditions Bourrelier est le pendant du tableau le retour du père après sa journée de travail au sein d'une famille paysanne traditionnelle des années 50. La cuisine est le lieu de vie autour de la cheminée, le mobilier est celui du siècle précédent, la pendule comtoise, le buffet bas, la grande table de ferme et ses bancs, les poteries culinaires.
En dépit de l'absence physique du père, tout annonce son arrivée, la pendule qui va sonner 19 heures, la femme qui apporte la soupe, les enfants qui dressent la table, le chien fidèle qui attend devant la place réservée au maître de maison.
La nostalgie de ce tableau ne tient pas seulement au souvenir des veillées d'autrefois mais aussi par la solidarité des âges de la vie avec la cohabitation des générations sous le même toit comme nous le montre la présence des aïeux près de l'âtre. Il est aussi intéressant de s'attacher à certains détails du décor, l'esprit laïque domine. Hormis le fusil, marque de la puissance paternelle, trône, encadré au dessus de la TSF, le certificat d'études primaires, symbole à travers son récipiendaire de la valeur de l'école de la République !
Aucun objet religieux ne figure dans cet intérieur paysan, ni crucifix ni gravure de communion solennelle, ni Vierge Marie dans un milieu où le fait religieux était encore vivant et fournissait les rites essentiels de passage d'un âge à l'autre.