Les portraits au pastel de Jean Valade

précédent suivant

Issu d’un milieu modeste, son mariage avec Louise-Gabrielle Rémond en 1752 contribua à son introduction dans la société bourgeoise. Cette même année, il reçoit du duc d’Orléans une rente viagère qui lui rapporte environ 300 livres par an.

L’ensemble de sa carrière, sans être brillante, nous révèle un peintre habile, ayant conquis une clientèle de nobles et de bourgeois aisés qui lui fournit des revenus conséquents. Il semble s’être cantonné à l’art du portrait, à l’huile et surtout au pastel. Valade se place parmi les bons praticiens de ce genre, recherchant la ressemblance et un rendu minutieux des vêtements et des accessoires.

Entre 1750 et 1770, Jean Valade réussit à occuper une place prépondérante comme pastelliste et exposa un grand nombre d’œuvres aux Salons du Louvre. Il mourut le 12 octobre 1787 à Paris.

Portrait de la comtesse de Durfort
©Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org | plan | aide | Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'