L'âge d'or de la peinture de marine

L'influence hollandaise

Les premières représentations attestées de bateaux remontent à l'Égypte antique, toutefois ce n'est qu'à la renaissance qu'apparaissent les prémices d'un genre pictural à thème marin à part entière. Pierre Bruegel l'Ancien notamment élabore plusieurs gravures représentant des marines, se fondant sur une compréhension fine des effets du vent et des manœuvres.

Les prémices économiques du siècle d'or hollandais

Le genre apparaît aux Pays-Bas vers le milieu du XVIIe siècle et trouve ses origines dans l'essor économique du XVIe siècle. Grâce à la découverte et à l'exploitation des ressources des Amériques, telles que l'or, un afflux nouveau de métal monétaire est injecté dans l'économie européenne, favorisant les investissements.
En effet, dès le début du XVIe siècle c'est un flot continu de navires portugais et espagnols qui alimente l'Europe en métaux précieux, métaux qui transitent pour partie par les places flamandes d'Anvers ou d'Amsterdam, les Pays-Bas étant alors sous domination espagnole.
Parallèlement à ce phénomène, l'évolution des mentalités, légitimant le profit, et l'émergence de politiques économiques étatiques, favorisent le développement du commerce international et de l'industrie. En Hollande, l'économie se tourne entre autres vers la transformation des produits coloniaux, avec des manufactures de tabac ou des raffineries de sucre.

D'autres facteurs économiques tels que le produit des pêcheries de la mer du Nord, vendu dans une grande partie de l'Europe, ou la mise en place de chantiers navals performants expliquent également la prospérité des Pays-Bas du XVIe et du XVIIe siècle.
En effet les charpentiers de marine hollandais ont su développer un type de navire, appelé flûte, qui se caractérise par une poupe et des façons arrondies, ces dernières permettant de disposer d'un vaste espace de stockage dans les cales. Les navires de guerre hollandais, prédécesseurs des vaisseaux de ligne, sont en fait des flûtes aménagées pour recevoir plus de canons. La flûte offre non seulement une place importante pour les marchandises, mais a aussi l'avantage d'avoir un coût de construction modique et d'être de surcroît facile à mener, même avec un équipage réduit. Ces navires sont construits pour le commerce de la Baltique mais aussi international. Des unités sont vendues à des armateurs locaux et même à des puissances étrangères.
Au XVIIe siècle la flotte de commerce hollandaise atteint son apogée, avec plus de 2500 navires voyageant à travers le monde, et principalement dans la Baltique. En comparaison la flotte de commerce britannique, qui est la seconde puissance maritime de l'époque n'atteint que 180 unités.