La machine à mâter

La machine à mâter.

Voir la fiche du document L'enclos où étaient éprouvés les canons devant la corderie

L'enclos où étaient éprouvés les canons devant la corderie.

Voir la fiche du document La poudrière et la caserne Martou

La poudrière et la caserne Martou.

Voir la fiche du document

L'arsenal de Rochefort

Une fois le site choisi, l'arsenal s'implante le long de la Charente sur une zone de 2,5 km de long. Du sud au nord, on trouve l’atelier des mâtures, les Magasins Particuliers et le Magasin Général où étaient stockés les différents éléments et accessoires des navires, les cales de construction ou cales sèches recouvertes pour être protégées des intempéries.

Est également représentée sur le plan-relief, la machine à mâter.

Le premier bâtiment construit sur le site est la Corderie Royale en 1666, réalisée par l'architecte et ingénieur François Blondel. Sa construction a nécessité l'élaboration d'un radier (ou radeau) en bois de chêne afin d'assurer la stabilité des fondations sur un sol marécageux. La construction a commencé par les deux extrémités du bâtiment, les deux pavillons qui ferment la Corderie, en avançant progressivement, vers le milieu du bâtiment afin que le radier ne penche pas d'un côté ou d'un autre. Nous pouvos également remarquer la fontaine de la Corderie proche de cette dernière.
Des contreforts (ou clés), ont été ajoutés plus tard pour stabiliser la Corderie qui mesure 372 mètres de long.

Á coté de la Corderie, se trouve le Magasin des Colonies utilisé pour l'acclimatation des plantes rapportées par les expéditions maritimes, avant de les envoyer à Versailles, au Jardin des Plantes.

Le Magasin aux Vivres ou Magasin des Subsistances renfermait notamment la boulangerie où l'on préparait les biscuits que l'on emmenait sur les navires. Mélange d'eau et de farine, ils étaient pétris avec les pieds et cuits deux fois (d'où le nom bis-cuit). On y faisait aussi les salaisons de viandes et stockait d'autres produits, comme le cognac par exemple.
L'espace clos où sont visibles des petits canons était le lieu où l'on "éprouvait" les canons fabriqués à l'arsenal, où on les testait. Les fonderies sont d’ailleurs toutes proches, face au jardin botanique.

En longeant la Charente, on aperçoit ensuite sur la maquette la Vieille Forme, réalisée en 1669 et plus ancienne forme de radoub maçonnée construite au monde. Elle fut vite insuffisante d’où la construction de la Double-Forme en 1683 puis de la forme Napoléon III en 1861, agrandie en 1901. C’est dans cette forme que se trouve aujourd’hui le chantier-spectacle de la frégate l’Hermione.

La corderie royale de Rochefort

Le bâtiment de la corderie royale représenté sur la maquette.

Voir la fiche du document La corderie royale de Rochefort

Les cales de construction couvertes.

Voir la fiche du document

Deux autres bassins ont également été construits un peu plus tard en suivant le chenal aux vivres et correspondent actuellement au port de plaisance.

Les moulins, disparus aujourd'hui, avaient deux fonctions. Le premier servait à scier le bois grâce à la force éolienne. Le second avait pour rôle de broyer les pigments nécessaires à la fabrication de la peinture et de désenvaser l'entrée de la Double-Forme par un système de chaîne à godets.

Autre bâtiment important : la poudrière. Avec le développement rapide de la ville autour du bâtiment, il devient vite dangereux de continuer à y stocker de la poudre. Elle est donc transférée vers la Vieille Forme. Le bâtiment devient ensuite une prison maritime et accueille aujourd’hui le Conservatoire municipal de musique et de danse.

Face à la poudrière, se trouve la caserne Martrou, qui a accueilli un temps le bagne et abrite aujourd'hui, entre autres, le Service Historique de la Défense, Département Marine.

Deux fosses aux mâts sont également visibles sur le plan-relief. Elles permettaient, en y immergeant les bois, de les débarrasser de leurs vers et de les durcir au contact de l’eau vaseuse et légèrement salée.

En longeant l'arsenal...

Cette page contient des élèments Flash que votre navigateur ne peut afficher :
Télécharger Flash Player

Contenu vidéo : nécessite l'installation du lecteur Flash

En fait, des problèmes liés à l'emplacement de l'arsenal se sont vite posés comme la profondeur peu importante de la Charente (7 à 9 m de fond à marée haute) générant un faible tirant d’eau pour des navires toujours plus imposants, le problème des marées ou encore l’envasement des berges. afin de permettre la sortie d'un gros vaisseau, les rochefortais étaient réquisitionnés au XVIIe siècle pour la "cordelle", nécessitant jusqu'à 500 hommes. Les bagnards assurèrent ensuite cette corvée de halage, lorsque le bagne fut implanté en 1766. Il fournissait à l'arsenal une main d'œuvre gratuite et des sujets pour les besoins de l'École de Médecine Navale rochefortaise.