Les poinçons depuis la Révolution

Retour

Un poinçon tête d'aigle de petite garantie Poinçon de petite garantie or (tête d'aigle) Un poinçon Minerve de garantie de l'argent Poinçon argent 2e titre (tête de Minerve)

Les insculpations ont été simplifiées à partir de 1798, suite à la Révolution.
Les poinçons de charge, de décharge et de jurande sont abolis et remplacés par un poinçon de titre et un poinçon de garantie.

Le poinçon de titre

Le poinçon de titre garantit la qualité du métal précieux utilisé pour la pièce d’orfèvrerie. Selon la teneur en or ou en argent pur de l’alliage utilisé, on appose le poinçon du titre correspondant (trois titres pour l’or, deux pour l’argent, un pour le platine).

Le poinçon de garantie

Le poinçon de garantie a la même fonction que le poinçon de titre, mais ne garantit qu’un titre minimum et imprécis de métal précieux. Il est utilisé quand la qualité de l’alliage ne peut être affirmée avec précision. De nos jours, tous les objets réalisés à partir de métaux précieux doivent donc comporter deux poinçons : le poinçon de titre ou de garantie, et le poinçon de maître, qui devient progressivement poinçon de fabricant. Celui-ci doit avoir une forme géométrique (un losange pour les bijoux fabriqués en France) et renferme des initiales et un symbole permettant l'identification du travail du maître de l'ouvrage.

 

N.B. : Vous trouverez d'avantage d'informations sur les poinçons de titre et de garantie dans le dossier sur l'évolution des poinçons d'État pour l'or et l'argent de 1793 à nos jours.

Suite

Le titre d'un alliage à base d'or, d'argent ou de platine garantit la teneur minimum de l'alliage en métal précieux pur. Chaque titre exige une teneur minimum en métal précieux pur pour être accordé à l'alliage.