Page précédente
Le poinçon de garantie :
Le poinçon de garantie quant à lui vient en remplacement des poinçons de charge et de décharge de l’ancien régime. Bien qu’il ne permette pas de dater précisément la réalisation d’une pièce d’orfèvrerie comme le faisait les poinçons de charge et de décharge, il informe, dans une certaine mesure, de la provenance de l’objet. Il est uniforme pour tout le pays à l’exception de Paris mais comporte le code caractéristique du bureau qui l’a apposé. Ce signe distinctif est appelé différent, entre 1798 et 1838, il s’agit d’un chiffre dans le cas des grosses garanties (85 pour Paris, 15 pour Angoulême, 16 pour La Rochelle, 81 pour Poitiers, 74 pour Niort…) ou d’une lettre dans le cas des petites garanties (A pour Angoulême, C pour La Rochelle, M pour Niort, H pour Poitiers…).
Le poinçon de garantie signifie le versement de l’impôt et garantit un seuil minimum de titre de métal précieux. Il existe trois niveau de garantie : la grosse, la moyenne et la petite garantie. Cette distinction ne traduit pas la qualité de l’alliage mais, de manière assez empirique, le poids (de donc le volume) de l’objet fabriqué.

Voir la description de ce poinçon
Grosse garantie

Voir la description de ce poinçon
Moyenne garantie

Voir la description de ce poinçon
Petite garantie


Exemples de poinçon de garantie (ville de Paris)

À partir de 1838, le poinçon de garantie disparaît et c'est sur le poinçon titre que le différent est apposé. Il s’agit d’un petit signe spécifique à chaque bureau (Cf. exemples).

page 3/3

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org Page en cours de consultation