Accés au sommaire | Page précédente

© Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org

L’évolution des poinçons d’État d’or et d’argent
de 1793 à nos jours

Introduction :

Comme dans de nombreux domaines artistiques et artisanaux, les maîtres orfèvres ont, depuis le moyen âge, cherché à distinguer leurs œuvres de la production de leurs confrères. Cette distinction s’exprime à l’aide de petites marques (quelques dixièmes de millimètre) gravées en creux à l’aide d’un poinçon. Outre la signature de l’atelier ou du maître orfèvre, d’autres poinçons ont été apposés, en respectant les normes d’époques. Jusqu’à la Révolution, une multitude de poinçons furent créés tant pour distinguer les villes d’origines, les communautés (qui vérifient l’exactitude du titre et appose le poinçon de jurande) mais aussi l’acquittement des impôts liés à l’emploi de métaux précieux (à travers le poinçon de charge et celui de décharge).
Au lendemain de la Révolution Française et de ses profonds bouleversements sociaux, politiques et économiques, une nouvelle réglementation est mise en place pour contrôler et garantir la production d’objets issus de l’orfèvrerie et s’assurer du bon versement des taxes à l’État. Ce changement permet aussi ainsi une simplification et une réduction du nombre de poinçons apposés.
Nous proposons, ici, de faire un tour d’horizon des principaux poinçons d’État en vigueur depuis le 19 brumaire de l’an VI (le 9 novembre 1797) et jusqu’à nos jours pour caractériser les objets d’or et d’argent de France.
Durant cette période, il a été fréquent de distinguer, sur ces poinçons, les pièces provenant de la capitale, de celles en provenance des départements français. Dans le cadre de ce dossier, et pour les poinçons caractérisant une région, nous nous bornerons à la région Ouest qui englobe l’actuel Poitou-Charentes.

 

Leurs rôles :

Comme nous l’avons évoqué en introduction, l’objet d’orfèvrerie est marqué de plusieurs poinçons : certains servent de « marques de fabrique » (les poinçons de maître).
Outre ces derniers, d'autres poinçons offrent la possibilité par leur simple identification de déterminer le taux de métal précieux (or ou argent) utilisé dans la confection de la pièce tandis que d'autres garantissent la légalité de la mise sur le marché de l'objet.

On distinguera ici deux types de poinçons d’État :

Le poinçon de titre et le poinçon de garantie

Le poinçon de titre

Le poinçon de titre remplace le poinçon de Jurande (ou poinçon de communauté) utilisé durant l’ancien régime. En effet, les Jurandes qui datent de 1275 sont supprimées en 1789 dans le cadre de l’abolition des privilèges. La Jurande désigne l’ensemble des orfèvres nommés par une ville. Ils étaient chargés de contrôler le bon aloi de métal précieux, l’apposition de leur poinçon avait donc valeur de garantie de la qualité du métal (en indiquant en plus l’année du contrôle).
Le poinçon de titre a donc la même fonction à la différence qu’il est apposé officiellement pour l’État. L’année – représentée par une lettre sur le poinçon de Jurande – ne figure plus sur le poinçon de titre mais un millésime peut être adjoint sous la forme d’une lettre depuis 1973 sur le poinçon minerve (A de 1973 à 1982, B de 1983 à 1992, C de 1993 à 2002…)
Il existe trois titres pour l’or et deux pour l’argent. (Cf. titre)

 

Le poinçon de garantie

Le poinçon de garantie quant à lui vient en remplacement des poinçons de charge et de décharge de l’ancien régime. Bien qu’il ne permette pas de dater précisément la réalisation d’une pièce d’orfèvrerie comme le faisait le poinçon de charge, il informe, dans une certaine mesure, de la provenance de l’objet. Il est uniforme pour tout le pays à l’exception de Paris mais comporte le code caractéristique du bureau qui l’a apposé. Ce signe distinctif est appelé différent, entre 1798 et 1838, il s’agit d’un chiffre dans le cas des grosses garanties (85 pour Paris, 15 pour Angoulême, 16 pour La Rochelle, 81 pour Poitiers, 74 pour Niort…) ou d’une lettre dans le cas des petites garanties (A pour Angoulême, C pour La Rochelle, M pour Niort, H pour Poitiers…).

Le poinçon de garantie signifie le versement de l’impôt et garanti un seuil minimum de titre de métal précieux. Il existe trois niveau de garantie : la grosse, la moyenne et la petite garantie. Cette distinction ne traduit pas la qualité de l’alliage mais, de manière assez empirique, le poids (de donc le volume) de l’objet fabriqué.

À partir de 1838, le poinçon de garantie disparaît et c'est sur le poinçon titre que le différent est apposé. Il s’agit d’un petit signe spécifique à chaque bureau (Cf. Glossaire).

 

Savoir lire un poinçon :

Exemple de poinçon : le poinçon "Minerve"

Les poinçons comportent un certain nombre de caractéristiques communes.
Dans l'exemple du poinçon "Minerve" - figurant l'actuel poinçon Argent de premier titre - nous distinguerons trois éléments :

Dans le cas d'objets réalisés hors de Paris (depuis 1838), on trouvera ajoutée au poinçon de titre une marque appelée "différent" caractérisant la provenance.

 

L’évolution des poinçons de 1793 à nos jours :

 

1793

Poinçon Argent pour Paris et les départements.
Le poinçon figure un buste de femme. Le listel est ovale. La lettre P pour Paris (pas de lettre pour la province) est porté en bas à gauche du poinçon créé par "l'association des orfèvres" et n'a donc pas de valeur officielle du point de vue de la garantie.

 

1794

Poinçon Argent pour Paris et les départements.
Le poinçon figure une tête de femme. Le listel est ovale. Le chiffre 1 (pour le titre) est porté en bas à droite du poinçon créé par "l'association des orfèvres" et n'a donc pas de valeur officielle du point de vue de la garantie.

 

1798 à 1809

Ces poinçons font partie des premiers poinçons dits d'État, réalisés après la Révolution.
Il s'agissait de réinstaurer le contrôle et la taxation de l'orfèvrerie après la période de 1791 à 1798. En effet avec la loi Le Chapelier du 2 mars 1791, l'abolition des corporations avait eu pour conséquence la suppression des contrôles et aussi, par effet pervers, la multiplication des fraudes. De plus, en avril 1791, la suppression des impôts indirects provoque un manque à gagner pour les finances nationales.

Poinçon Argent

Premier titre pour Paris
Le poinçon figure un coq debout, les deux pieds posés au sol. Le listel est octogonal. Le chiffre 1 est porté en bas à droite du poinçon sous le jabot de l'animal.

Premier titre pour les départements
Le poinçon figure un coq debout, les deux pieds posés au sol. Le listel est octogonal. Le chiffre 1 est porté en bas à gauche du poinçon sous la queue de l'animal.

Deuxième titre pour Paris
Le poinçon figure un coq marchant vers la gauche. Le listel est octogonal. Le chiffre 2 est porté en bas à droite du poinçon sous la queue en panache de l'animal.

Deuxième titre pour les départements
Le poinçon figure un coq marchant vers la gauche. Le listel est octogonal. Le chiffre 2 est porté en bas à gauche du poinçon sous le jabot de l'animal.

Grosse garantie pour Paris
Le poinçon figure une tête d'homme barbu. Le listel est ovale. Les chiffres 8 et 5 sont portés à gauche et à droite du visage. Ces chiffres indiquent la ville du bureau ayant garanti l'objet (ici 85 correspond donc à Paris).

Grosse garantie pour les départements
Le poinçon figure une tête d'homme barbu. Le listel est ovale. Les chiffres 5 et 0 sont portés à gauche et à droite du visage. Ces chiffres indiquent la ville du bureau ayant garanti l'objet (ici 50 correspond à Chaumont en Haute-Marne).

Petite garantie pour Paris et les départements
Ce poinçon représente un licteur (sorte de hache placée dans un faisceau de verges). Un listel suit le contour de la forme.

Poinçon Or

Premier titre pour Paris
Le poinçon figure un coq debout, en appui sur une seule patte. Le listel est circulaire. Le chiffre 1 est porté à droite devant le jabot et au-dessus de la patte levée de l'animal.

Titre 1 pour les départements
Le poinçon figure un coq debout, en appui sur une seule patte. Le listel est circulaire. Le chiffre 1 est porté en haut entre la tête et le panache de la queue de l'animal.

Grosse garantie pour Paris
Le poinçon figure une tête d'homme barbu. Le listel est ovale. Les chiffres 8 et 5 sont portés à gauche et à droite du visage. Ces chiffres indiquent la ville du bureau ayant garanti l'objet (ici 85 correspond donc à Paris).

Grosse garantie pour les départements
Le poinçon figure une tête d'homme barbu. Le listel est ovale. Les chiffres 5 et 0 sont portés à gauche et à droite du visage. Ces chiffres indiquent la ville du bureau ayant garanti l'objet (ici 50 correspond à Chaumont en Haute-Marne).


1809 à 1819

Suite à des fraudes, il est décidé de modifier - une première fois entre 1809 et 1819 - la forme des poinçons.
Tandis que les poinçons de garantie sont complètement modifiés, les poinçons de titre conservent la forme du coq. Mais l'attitude de l'animal est modifiée ainsi que la forme du listel l'encadrant.


Poinçon Argent

Premier titre pour Paris
Le poinçon figure un coq marchant vers la droite. Ce dessin s'inscrit dans un cadre octogonal formé de deux listels successifs. Le chiffre 1 est porté en bas à droite du poinçon entre l'aile et la patte avant.

Premier titre pour les départements
Le poinçon figure un coq debout, en équilibre sur une patte, dessiné la tête orientée à droite. L'animal s'inscrit dans un cadre ovale formé de deux listels successifs. Le chiffre 1 est porté en haut du poinçon entre la tête et le panache.

Deuxième titre pour Paris
Le poinçon figure un coq chantant aux ailes déployées. Il s'inscrit dans un cadre octogonal formé de deux listels successifs. Le chiffre 2 est porté en bas à gauche du poinçon, sous le jabot.

Deuxième titre pour les départements
Le poinçon figure un coq debout, les deux pattes posées au sol, dessiné la tête orientée à gauche. L'animal s'inscrit dans un cadre hexagonal formé de deux listels successifs. Le chiffre 2 est porté en bas à gauche du poinçon sous le jabot.

Grosse garantie pour Paris
Le poinçon figure une tête de guerrier tournée à gauche. Il s'inscrit dans un cadre circulaire formé de deux listels successifs.

Grosse garantie pour les départements
Le poinçon figure une tête d'homme barbu tournée à gauche. Un encadrement est formé de deux listels circulaires successifs. Les deux chiffres du bureau émetteur sont portés dans le cadre à gauche et à droite.

Moyenne garantie pour Paris
Le poinçon figure une tête de Minerve tournée à droite. Le listel est circulaire.

Moyenne garantie pour les départements
Le poinçon figure une tête de guerrier tournée à droite. Le listel est circulaire. Le numéro présent sur le casque correspond au numéro du bureau délivrant la garantie.

Petite garantie pour Paris
Le poinçon figure un faisceau de licteur avec hache située au milieu à gauche. Le listel suit la forme du dessin.

Petite garantie pour les départements
Le poinçon figure un faisceau de licteur avec hache située en haut à droite. Le listel suit la forme du dessin.

Poinçon Or

Premier titre pour Paris
Le poinçon figure un coq debout les ailes déployées. Il est dessiné la tête orientée à droite. Le listel est ovale. Le chiffre 1 est porté en bas à droite du poinçon, sous le jabot.

Premier titre pour les départements
Le poinçon figure un coq en train de picorer, la tête orientée à gauche. Le listel est hexagonal. Le chiffre 1 est porté en haut à gauche du poinçon entre la tête et le panache.

Grosse garantie pour Paris
Le poinçon figure une tête de lion. La tête est orientée à droite. Le listel est circulaire.

Grosse garantie pour les départements
Le poinçon figure la "main de justice", index et majeur pointés vers le haut. Le listel est circulaire. Les chiffres du bureau émetteur sont inscrits de part et d'autre de la main.

Petite garantie pour Paris (objet composé de plusieurs pièces)
Le poinçon figure une tête de coq tournée à droite, bec ouvert. Le listel suit la silhouette.

Petite garantie pour les départements (objet composé de plusieurs pièces)
Le poinçon figure une tête de coq tournée à gauche, bec fermé. Le listel suit la silhouette.

Petite garantie pour Paris (objet en une seule pièce)
Le poinçon figure une tête de coq tournée à gauche, bec ouvert. Le listel suit la silhouette.

Petite garantie pour les départements (objet en une seule pièce)
Le poinçon figure une tête de coq tournée à droite, bec fermé. Le listel suit la silhouette.

 


1819 à 1838

La multiplication des fraudes conduit à nouveau à la modification des poinçons.
Le motif du coq, adopté pour les poinçons de titre depuis la loi Le Chapelier, est définitivement abandonné et remplacé par celui du vieillard.
De même, tous les poinçons de garantie sont changés.

Poinçon Argent

Premier titre pour Paris
Le poinçon figure le profil droit de Michel-Ange dit "Vieillard". Le listel est octogonal. Le chiffre 1 est porté en bas à droite du poinçon près de la bouche.

Premier titre pour les départements
Le poinçon figure une tête de vieille femme (profil droit). Il s'inscrit dans un cadre hexagonal formé de deux listels successifs. Le chiffre 1 est inscrit au milieu à gauche du poinçon, derrière la tête de la femme.

Deuxième titre pour Paris
Le poinçon figure le profil gauche de Raphaël. Le listel est ovale. Le chiffre 2 est porté en bas à gauche du poinçon sous le menton.

Deuxième titre pour les départements
Le poinçon figure la tête de Socrate (profil gauche). Il s'inscrit dans un cadre ovale tronqué formé de deux listels successifs. Le chiffre 2 est inscrit en bas à droite du poinçon.

Grosse garantie pour Paris
Le poinçon figure le profil gauche de Cérès (déesse des moissons). Le listel est circulaire.

Grosse garantie pour les départements
Le poinçon figure la tête d'Hercule (profil gauche). Le listel est ovale. Les chiffres du bureau émetteur sont inscrits à gauche et à droite du poinçon.

Moyenne garantie pour Paris
Le poinçon figure un masque de face. Le listel est circulaire.

Petite garantie pour Paris
Le poinçon figure une tête de lièvre. Le listel suit la silhouette.

Petite garantie pour les départements : celui de la 7e région (ouest) figure un limaçon. Le listel suit la silhouette.

Poinçon Or

Premier titre pour Paris
Le poinçon figure une levrette, la tête de l'animal est dessinée à droite. Le listel est hexagonal. Le chiffre 1 est inscrit au dessus de l'encolure de l'animal.

Premier titre pour les départements
Le poinçon figure un loup (profil droit). Le listel est hexagonal. Le chiffre 1, de biais, est inscrit au dessus de la tête de l'animal dans l'angle supérieur droit du poinçon.

Grosse garantie pour Paris
Le poinçon figure la tête de Sardanapale (profil gauche). Le listel est ovale.

Grosse garantie pour les départements
Le poinçon figure un masque bachique (profil droit). Le listel est circulaire. Les chiffres du bureau émetteur, sont portés à droite et à gauche du visage.

Petite garantie pour Paris
Le poinçon figure une tête de bélier (profil gauche). Le listel suit la forme de la silhouette.

Petite garantie pour les départements : celui de la 7e région (ouest) figure un morion - casque à visière circulaire - (profil gauche). Le listel suit les contours du casque.

 

1838 à nos jours

Une ordonnance du 7 avril 1838 fond en un seul poinçon, celui de titre et celui de garantie. Seul l'ajout d'un des 23 "différents" permet dès lors d'identifier le bureau ayant effectué le contôle de la pièce d'orfèvrerie. Ce bureau travaille pour une zone géographique donnée qui peut s'étendre sur plusieurs cantons et départements.
La "tête de Minerve" devient le poinçon pour l'argent (à l'exception des "menus ouvrages"), la "tête de médecin grec" devient celui pour l'or (jusqu'en 1919 où il sera remplacé par la "tête d'aigle").

Poinçon Argent

Premier titre pour Paris et les départements (Gros ouvrages)
Le poinçon figure le profil droit de Minerve portant un casque. Le listel est hexagonal. Le chiffre 1 est inscrit à hauteur du front, en haut à droite du poinçon.

Premier titre pour Paris et les départements (Gros ouvrages)
Le poinçon figure le profil droit de Minerve portant un casque. Le listel est ovale tronqué en haut et en bas. Le chiffre 2 est inscrit en bas à droite sous le menton de Minerve.

De garantie pour Paris (Menus ouvrages)
Le poinçon figure une tête de sanglier tournée vers la gauche. Le listel suit les formes de la silhouette.

De garantie pour les départements (Menus ouvrages)
Le poinçon figure un crabe. Le listel suit les formes de la silhouette.

Poinçon Or

Premier titre pour Paris et les départements
Le poinçon figure le profil droit d'une tête d'homme barbu dite "tête de médecin grec". Le listel est octogonal. Le chiffre 1 est inscrit à hauteur du front, en haut à droite du poinçon.

Deuxième titre pour Paris et les départements
Utilisation jusqu’en 1919. Le poinçon figure le profil droit d'une tête d'homme barbu dite "tête de médecin grec". Le listel est ovale tronqué en haut et en bas. Le chiffre 2 est inscrit à hauteur du front, en haut à droite du poinçon.

Troisième titre pour Paris et les départements
Utilisation jusqu’en 1919. Le poinçon figure le profil droit d'une tête d'homme barbu dite "tête de médecin grec". Le listel est hexagonal. Le chiffre 3 est inscrit à hauteur du nez, au milieu à droite du poinçon.

Petite garantie pour Paris jusqu'en 1919 où son usage est étendu aux départements
Le poinçon figure une tête d'aigle tournée à droite. Le listel suit le contour de la silhouette.

Petite garantie pour les départements
Le poinçon figure une tête de cheval tournée à droite. Un listel suit le contour de la silhouette.
Ce poinçon sera remplacé par son homologue parisien à partir de 1919.

Premier titre pour Paris et les départements
Utilisation à partir de 1919. Le poinçon figure une tête d'aigle tournée à droite. Le listel est octogonal. Le chiffre 1 est inscrit sous le bec, en bas à droite du poinçon.

Deuxième titre pour Paris et les départements
Utilisation à partir de 1919. Le poinçon figure une tête d'aigle tournée à droite. Le listel est ovale tronqué à droite et à gauche. Le chiffre 2 est inscrit sous le cou, en bas à gauche du poinçon.

Troisième titre pour Paris et les départements
Utilisation à partir de 1919. Le poinçon figure une tête d'aigle tournée à droite. Le listel est hexagonal. Le chiffre 3 est inscrit au milieu du poinçon, sous la tête.

Glossaire :

Aloi : Titre légal d'un article d'orfèvrerie, d'une monnaie.

Carat : Mesure utilisé du moyen âge et jusqu’à la fin de l’ancien régime pour indiquer le titre de l'or. Il caractérise la partie d'or fin représentant le 1/24e de la masse totale d'un alliage. Par exemple : l'or à 18 carats, cela veut dire que pour 24 parts de métal on a 18 parts d'or. L’or pur est donc de 24 carats.

Denier : Unité de poids utilisée pour l'argent et l'argenterie, valant le 1/192e du marc. Le denier constitue la subdivision de la livre et du marc. (Cf. table des poids)

Différent : Il s’agit d’une petite marque apposée depuis 1838 par le bureau de contrôle français. Il existe 45 marques pour identifier autant de bureaux. Pour exemple : voici les six différents des bureaux de Poitou-Charentes, désormais supprimés.


Angoulême

Châtellerault

Niort

La Rochelle

Saintes

Poitiers

Aujourd'hui, le bureau de la garantie de Saumur assure le marquage pour la région :

Saumur

 

Marc : Ancienne mesure française utilisée comme unité de poids. Le marc se subdivise en 8 onces, 64 gros, 192 deniers, 4608 grains. On emploie cette mesure pour peser les marchandises précieuses, notamment l'argenterie. (Cf. table des poids)

Poinçons de charge et de décharge : poinçons certifiant que l'impôt a été payé sur l'objet. Celui de charge est appliqué lorsque la pièce est ébauchée. Celui de décharge est apposé une fois la pièce terminée et l'impôt payé. Ces poinçons ont été institués en 1672.

Poinçon de jurande (appelé aussi poinçon de la Maison commune ou poinçon de date) : poinçon apposé par les jurés-gardes, témoignant de la qualité du métal employé. Il consiste en une lettre-date qui change à chaque année. L'alphabet étant alors d'environ 24 lettres, on retrouve la même lettre approximativement quatre fois par siècle. Ce poinçon, institué au 13e siècle, ne fut mis en vigueur qu'à partir de 1672, sous le règne de Louis XIV.

Poinçon de maître : poinçon qui identifie l'orfèvre.

Poinçon de recense: poinçon créé, en 1722, pour contrecarrer les problèmes de fraudes et de vols de poinçons. Lorsqu'une recense était prescrite, les poinçons anciens perdaient toute valeur. Les orfèvres et les marchands devaient porter aux bureaux de garantie tout ouvrage en métal précieux qu'ils détenaient pour qu'il soit marqué gratuitement. Après la Révolution, l'État ordonna que des poinçons de recense furent apposés sur tous les ouvrages marqués sous l'Ancien Régime. Deux lois de recense furent promulguées en 1809 puis en 1819.

Titre : Il indique le rapport de la masse de métal fin à la masse totale de l’alliage. Pour l’or, on définit le 1er titre à 920 parties d’or pour 80 de cuivre, le 2e titre à 840 parties d’or pour 160 de cuivre et le 3e titre à 750 parties d’or pour 250 de cuivre (le tout avec une tolérance de 3 millièmes). Pour l’argent, le 1er titre s’obtient avec 925 parties d’argent pour 75 de cuivre et le 2e titre avec 800 parties d’argent pour 200 de cuivre (avec une tolérance de 5 millièmes).

Table des poids :

Ancien régime

 

Depuis 1812

Marc = 8 onces. . . . . . . . .
Once = 8 gros. . . . . . . . . .
Gros = 3 deniers. . . . . . . .
Denier = 24 grains. . . . . .
Grain . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . .244,752 g. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . 30,594 g. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . 3,82425 g. . . . . . . . .
. . . . . . . . . .1,27475 g . . . . . . . .
. . . . . . .0,05315625 g. . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . 250 g
. . . . . . . . . . . . . .31,25 g
. . . . . . . . . . . . . . .3,90 g
. . . . . . . . . . . . . . .1,30 g
. . . . . . . . . . . . . .0,054 g