Rtourner au sommaire Introduction DéfinitionLe cas français :  la porcelaine tendre La manufacture de MeissenLe cas français :  la porcelaine dure Le cas français :  les manufactures ConclusionLe cas français :  la manufacture de Sèvres
Le cas français :  le biscuit
 
Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre)

Avant 1768, date de la découverte des gisements de kaolin de Saint-Yrieix près de Limoges, les français achètent leurs porcelaines à la Saxe ou à la Compagnie des Indes. En effet le roi ne voulait pas lier la production des manufactures à l’importation de matière première étrangère.

La France ne connaît donc jusqu’en 1769, date de la de la découverte des gisements de kaolin de Saint-Yrieix, qu’une porcelaine artificielle à laquelle on a donné le nom de porcelaine tendre. Si sa pâte a la blancheur et la translucidité de la porcelaine chinoise, elle n’en a pas la dureté.



Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre)
Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre)
Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre)