Retourner au sommaire IntroductionLe cas français : la Compagnie des Indes Définition La manufacture de MeissenLe cas français : la porcelaine dure Le cas français : les manufactures ConclusionLe cas français : la manufacture de Sèvres
Le cas français : le biscuit
Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre)
Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre)
Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre)
Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre)

La porcelaine tendre est une porcelaine artificielle car sa transparence est obtenue par une fritte composée d’un mélange de marne calcaire, de silice et de potasse. Elle n’est obtenue que par moulage. Sa cuisson est difficile car le retrait est important. Le décor est posé après la cuisson du vernis plombifère selon les mêmes procédés que pour la faïence fine.

 

 

 

Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre) Ouvrir le cartel de l'objet (dans une nouvelle fenêtre)

Il existe de nombreuses recettes de fabrication qui ont variées d’un atelier à un autre. Elles ont été tenues secrètes par les porcelainiers qui ont disparu sans les transmettre.

De la porcelaine tendre a été fabriquée dès la fin du XVIe siècle à Florence, à la fin du XVIIe siècle à Rouen et au XVIIIe siècle par les manufactures de Saint-Cloud, Chantilly, Mennecy, Sceaux et Vincennes.