Retourner à la page précédente | accès direct au sommaire

La porcelaine
Terre cuite à pâte dure translucide

Introduction

La porcelaine a été inventée par les chinois. Elle a été introduite en Europe par Marco Polo qui la comparait à de la nacre, « porcellana » en italien, d’où son nom. Les occidentaux tentèrent d’en percer les secrets de fabrication jusqu’au XVIIIe siècle.

Définition

La pâte de la porcelaine est composée d’une argile blanche, le kaolin (le nom de kaolin vient de la ville de King-tö-Chen) et de feldspath (le petuntse chinois) qui donne la transparence et de quartz qui sert de liant. Sa vitrification à haute température donne une pâte blanche, dure, qui ne se raye pas, imperméable et translucide en faible épaisseur.

La manufacture de Meissen

La porcelaine chinoise est importée dès le XVIe siècle en Europe. Les céramistes européens l’admirent pour sa blancheur et sa transparence. Ils ont donc cherché à en percer le secret.
Les premières porcelaines dures européennes sont réalisées en Allemagne à Meissen, en Saxe, après la découverte par le chimiste Frédéric Bottger en 1709 des principes de la fabrication de la porcelaine et de l’indispensable kaolin.

Le cas français

La Compagnie des Indes

Avant 1768, date de la découverte des gisements de kaolin de Saint-Yrieix près de Limoges, les français achètent leurs porcelaines à la Saxe ou à la Compagnie des Indes. En effet le roi ne voulait pas lier la production des manufactures à l’importation de matière première étrangère.
La France ne connaît donc jusqu’en 1769, date de la de la découverte des gisements de kaolin de Saint-Yrieix, près de Limoges, qu’une porcelaine artificielle à laquelle on a donné le nom de porcelaine tendre. Si sa pâte a la blancheur et la translucidité de la porcelaine chinoise, elle n’en a pas la dureté.

La porcelaine tendre

La porcelaine tendre est une porcelaine artificielle car sa transparence est obtenue par une fritte composée d’un mélange de marne calcaire, de silice et de potasse. Elle n’est obtenue que par moulage. Sa cuisson est difficile car le retrait est important. Le décor est posé après la cuisson du vernis plombifère selon les mêmes procédés que pour la faïence fine. Il existe de nombreuses recettes de fabrication qui ont variées d’un atelier à un autre. Elles ont été tenues secrètes par les porcelainiers qui ont disparu sans les transmettre.
De la porcelaine tendre a été fabriquée dès la fin du XVIe siècle à Florence, à la fin du XVIIe siècle à Rouen et au XVIIIe siècle par les manufactures de Saint-Cloud, Chantilly, Mennecy, Sceaux et Vincennes.

La porcelaine dure

Les procédés de fabrication de la porcelaine dure ne relèvent pas de secrets d’ateliers comme ceux de la porcelaine tendre. Ils sont plus faciles : la pâte est plus malléable, plus résistante à haute température. Ils reviennent donc moins cher. En revanche, la pâte a un aspect vitreux et tous les coloris de la porcelaine tendre ne peuvent être obtenus. Aussi la clientèle la bouda longtemps et lui préféra la porcelaine tendre pour sa belle transparence laiteuse et ses coloris notamment le bleu céleste.

Les manufactures

La manufacture de Vincennes reçoit du roi le privilège de la fabrication de la porcelaine en 1745. Elle est transférée à Sèvres en 1756 et devient manufacture royale en 1759. Malgré ce monopole, elle subit la concurrence de nombreuses manufactures établies après 1768 à Limoges près des gisements de kaolin, puis dans la France entière.
Les manufactures parisiennes se placèrent sous la protection de la famille royale : la reine, les deux frères du roi, le comte de Provence et le comte d’Artois et le fils de ce dernier, le comte d’Angoulême. Sèvres se spécialisa dans les pièces d’apparat et les autres manufactures dans les pièces d’usage.

La manufacture de Sèvres

La manufacture de Sèvres devenue propriété de l’État en 1793 prend un nouvel essor avec l‘arrivée à sa direction (de 1800 à 1847) de Brongniart, chimiste et minéralogiste. La manufacture abandonne la fabrication de la porcelaine tendre et ne réalise que des pièces en porcelaine dure qui adoptent le style de l’époque. Au 20e siècle, Sèvres joue un rôle éminent dans le mouvement art nouveau.

Le biscuit

Le biscuit qui a contribué à la popularité de Sèvres est une porcelaine (tendre ou dure) cuite sans glaçure ou émail. Il est utilisé surtout pour réaliser des statuettes, des surtouts de table, des réductions de grandes statues….
Des artistes de renom ont donné des modèles à la manufacture : Boucher, Falconet, Boizot, Carpeaux... .

Conclusion

Avec l’apparition de la porcelaine, la céramique qui était une activité essentiellement artisanale et artistique est devenue une activité de manufacture. La rationalisation des procédés de fabrication et la recherche de rentabilité ont conduit à l’industrialisation de la production.
L’histoire de la manufacture Deshoulières à Chauvigny en Poitou traduit cette évolution. La petite entreprise familiale de poterie créée en 1826 dans la campagne chauvinoise est devenue au tout début du 20e siècle une entreprise dont la production de grès flammés, de porcelaine stannifère, de table, culinaire, pour hôtels et restaurants s’est vendue en France et dans le monde entier. L’activité artisanale du potier est devenue une industrie porcelainière.